Construction durable : avantages et inconvénients de la ouate de cellulose

Écrit par Renaud Chaudoir le 30 août 2013

Zoom sur un isolant durable : la ouate de cellulose

Issue du recyclage du papier, la ouate de cellulose représente aujourd’hui une alternative écologique tout à fait valable aux isolants traditionnels. Elle se présente sous la forme de flocons ou de panneaux semi-rigides et peut se poser sur les toitures, planchers et murs. Un must pour qui souhaite une construction durable pour son habitation ! Pour vous aider à choisir la solution la plus adaptée à vos attentes, voici les avantages et inconvénients de la ouate de cellulose.

Les avantages de la ouate de cellulose

La ouate de cellulose présente plusieurs avantages non négligeables, à commencer par son isolation acoustique et sa capacité à garder la maison bien fraîche en été.

 

Autre avantage : capable d’absorber jusqu’à 30 % de son poids en eau, la ouate de cellulose limite le risque de condensation et moisissures à l’intérieur des murs. Elle offre donc une solution de choix pour les salles de bains et cuisines, pour autant que ces pièces soient bien ventilées. En effet, dans des pièces humides en permanence, la ouate de cellulose finit par perdre ses propriétés isolantes.

 

Notons également que la ouate de cellulose est particulièrement adaptée aux maisons en bois : le sel de bore présent dans cet isolant élimine les bactéries utilisées par les insectes et rongeurs pour digérer le bois de la charpente. Une protection aussi naturelle qu’efficace, en cohérence avec un projet de construction durable !

 

Enfin, et c’est là son plus grand atout, la ouate de cellulose étant produite à partir de papier recyclé, elle réduit considérablement l’empreinte écologique de votre maison.

Quels inconvénients ?

Au regard des avantages que présente la ouate de cellulose, les inconvénients font pâle figure. Il est vrai qu’en tant qu’isolant thermique, la cellulose donne des résultats assez faibles au regard des dérivés de pétrole tels que le PU et le polystyrène. Cependant, avec 19 000 à 2000 J/kg/C°, elle n’a rien à envier aux autres isolants écologiques. Sans compter qu’il s’agit là d’un matériau hautement écologique, puisqu’entièrement produit à partir du broyage de papier recyclé.

 

Autre petit bémol : si la norme Euroclasse 13501-1 accorde une mention « E » ou « peu inflammable » à la ouate cellulose, celle-ci offre une moins bonne résistance au feu que d’autres isolants, tels que la laine minérale. La raison ? La présence des sels de bore et d’encres d’imprimerie. Sans doute le prix à payer pour une construction durable à 100 % ! Mais rassurez-vous : si elle est légèrement plus inflammable que d’autres isolants, la ouate de cellulose retarde les incendies. Au contact des flammes, la cellulose se couvre de carbone, ce qui a pour effet de ralentir la propagation du feu et de la chaleur.

 

Lexique