Courcelles, l

Courcelles

Écrit par Stephan Debusschere le 13 janvier 2018

Un pôle stratégique

Forte de son emplacement près de Brussels South, le marché immobilier de la commune affiche des prix soutenus qui restent néanmoins très compétitifs.

Courcelles, qui comprend aussi les entités de Gouy-lez-Piéton, Souvret et Trazegnies, est située au nord-ouest de l’agglomération de Charleroi et constitue l’une des communes les plus importantes du bassin carolo. Au croisement de Mons et de Namur, la commune et ses plus de 30 000 habitants bénéficient d’un emplacement stratégique à proximité immédiate de Brussels South. L'entité de Courcelles présente également un important patrimoine, notamment des dizaines de fermes, des « censes » dont certaines sont remarquables par leur ancienneté, leur histoire ou leur architecture.

Bon nombre d'entre elles se situent sur le territoire de Gouy-lez-Piéton, la section la plus rurale et aussi la plus étendue de la commune. Et côté espaces verts, la commune n’est pas en manque non plus. Le site « Six Perier-Chenoit » à Souvret, autrefois occupé par le charbonnage du Six Périer et ses terrils, a été aménagé en 1995 par la Région wallonne en un espace vert d’une superficie de 30 hectares, doté de promenades, d’espaces de détente et de parcours équestres et cyclistes. Ce lieu réhabilité est toujours la propriété de la Région wallonne qui en a confié la gestion à l'administration communale de Courcelles.

Malgré ces atouts, les prix immobiliers de la commune restent tout à fait dans la norme pour la région. Les prix affichés à la vente, tous segments confondus, sont même moins élevés que dans d’autres communes voisines comme Pont-à-Celles, par exemple. En revanche, ils sont – logiquement – plus élevés que dans des communes limitrophes comme Gosselies ou Marchienne, moins recherchées. 

Des prix stabilisés

Comme c’est le cas dans de nombreuses communes, l’offre immobilière à Courcelles a eu tendance à s’accumuler au fil de ces dernières années, et s’avère donc relativement abondante. Les candidats acquéreurs ont donc pris l’habitude de faire leur shopping immobilier et prennent leur temps en comparant nombre de biens disponibles sur le marché. Mais malgré la position de force des amateurs, les prix n’ont pas baissé pour autant, grâce aux taux d’intérêts toujours historiquement bas, et sont même restés très stables tout au long de l’année écoulée.

 Courcelles, l'église St-Lambert. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Une demande pas seulement locale

L’offre importante sur le segment des maisons permet de trouver à la fois des biens à rénover, à rafraîchir ou déjà rénovés. La tranche de prix d’une maison mitoyenne qui nécessite d’importants travaux de rénovation est comprise entre 60 000 et 80 000 euros, hors frais. Si l’on préfère des biens qui ne nécessitent que peu de travaux, il faudra prévoir un budget pouvant atteindre quelque 120 000 euros.

Les maisons 2 façades qui ont fait l’objet d’une rénovation s’affichent pour leur part à des prix variant de 130 000 à 160 000 euros. Si la demande est à 70% locale, les candidats à la propriété proviennent pour le reste de l’extérieur, à savoir les régions de Nivelles et de Namur, mais aussi la région bruxelloise.

Du neuf en attente

Le segment des appartements de seconde main présente également une offre largement suffisante et variée, tant à la vente qu’à la location. La demande est d’ailleurs bien présente, avec des échanges qui se négocient à quelque 75 000 euros pour un appartement 1 chambre, jusqu’à 115 000 euros pour un 2 chambres. Mais la

demande en neuf est loin d’être en reste. Elle est même croissante, face à des prix très compétitifs qui varient selon le standing de 1600 à 1800 euros/m2, soit de 15 à 20% moins cher qu’à Nivelles, par exemple. Pour répondre à cette demande, de nouveaux projets vont sortir de terre. Le plus important d’entre eux pourrait offrir quelque 300 logements au sein d’une ZACC (Zone d’Aménagement Communal Concerté) située entre Courcelles et Roux.

Métamorphose

Le réaménagement de la place Roosevelt, également appelée place du Trieu, constitue un dossier communal vieux de quelques décennies. Il est aujourd’hui devenu l'un des projets phares des autorités de la commune qui ont mis en place une équipe d’experts de tous horizons – architectes, ingénieurs, paysagistes, spécialistes en mobilité, en analyse commerciale et économique, tout comme en communication – pour concrétiser ce réaménagement.

La métamorphose de la place et de son environnement s’intégrera au sein d’un quartier qui sera, selon les vœux de la commune, entièrement revisité pour rendre vie, espace et gaieté au centre-ville. Un partenariat public/privé sera scellé pour mettre en œuvre ce projet d’envergure touchant à la fois à la mobilité, l’habitat et les commerces. 

Logic Repères

Maison de rangée (rénovée): 145 000 euros

Appartement 2 ch : 120 000 euros

Appartement neuf : de 1600 à 1800 euros/m2

Lexique