Durbuy, picture by Julien Bertrand.

Durbuy

Écrit par Stephan Debusschere le 13 septembre 2017

Le prix du succès touristique

Conséquence d’un succès touristique qui prend de l’ampleur en ces temps de repli géographique, les prix des maisons à Durbuy ont fait un bond important qui les rapprochent de ceux de Marche-en-Famenne.

Tout le monde connaît Durbuy en tant que petite ville pittoresque où il fait bon vivre. La commune fait partie des principales destinations touristiques de Belgique, et nombre d’entre nous s’y sont déjà rendus pour une escapade ou le temps d’un week-end. Durbuy est souvent promu comme étant « la plus petite ville du monde ». Ce slogan touristique fait référence à une charte de franchises octroyée par le roi Jean de Bohème, comte de Luxembourg, qui donna en 1331 le statut de ville à la cité des bords de l’Ourthe. 

En réalité, la vieille ville proprement dite ne compte toujours aujourd'hui qu'environ 400 habitants mais, depuis la fusion des communes en 1977, Durbuy a donné son nom et son titre de ville à une commune très vaste dont certains villages (Barvaux-sur-Ourthe, qui est le centre administratif de la commune, Bomal, Tohogne, ...) sont bien plus peuplés qu'elle. Dans sa totalité, la commune de Durbuy compte quelque 11 500 habitants, sur une superficie totale de 156,61 km2, ce qui la place en réalité dans les 15 communes les plus étendues de Belgique…

Durbuy a plus d’une corde à son arc pour susciter aussi l’envie d’y acquérir un bien, que ce soit pour y habiter de manière permanente ou en tant qu’investissement, car l’attraction touristique de la commune constitue un facteur déterminant pour s’assurer une rentabilité à long terme.

De nombreuses facilités

Parce qu’elle reçoit chaque année un grand nombre de touristes, il est clair que Durbuy offre à ses visiteurs et ses habitants un nombre suffisant de commerces et de facilités urbaines. Durbuy n’a en effet rien d’un petit village ardennais classique où il faut parcourir de nombreux kilomètres avant de pouvoir subvenir à ses besoins quotidiens. Petite ville agréable, elle a toutes les facilités d’une ville de taille moyenne, ce qui s’avère un avantage considérable.

Durbuy, picture by Julien Bertrand.

Un patrimoine unique

Les maisons à Durbuy sont très souvent construites dans la pierre naturelle de la région, ce qui donne à la ville un aspect tout à fait unique. La plupart de ces maisons et monuments sont protégés, ce qui permet de préserver ce décor particulier qui donne une partie de sa valeur à l’immobilier local. La ville de Durbuy se compose uniquement de quelques petites rues. Beaucoup de personnes choisissent d’habiter dans les petits villages alentours, plus propices aux joies simples et riches qu’offre la nature.

Bonus pour les maisons

A l’échelle de la Province du Luxembourg, le prix moyen d’une maison a augmenté en 2016 de 5,2%, avec 190 000 euros contre 181 000 euros en 2015. Ce prix moyen ne reflète néanmoins que partiellement l’évolution des prix dans chacune des 44 communes qui composent la Province, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. Dans la région de Marche-en-Famenne, on a assisté ainsi à un phénomène de correction qui a concerné des communes telles que Bastogne, La Roche-en-Ardennes, Marche-en-Famenne ou encore Neufchâteau. Durbuy a fait pour sa part exception à la règle, avec un bond moyen de près de 30%, élevant le prix moyen d’une maison à 185 500 euros. C’est d’autant plus remarquable que dans cette région, le prix moyen d’une maison deux façades en bon état général y varie de 130 000 à 145 000 euros, exception faite de Marche-en-Famenne où ce prix moyen est de 175 000 euros. Mais il s’agit là d’une moyenne, qui prend en compte les extrêmes qui peuvent se produire au niveau des transactions.

Si l’on prend en compte le prix médian, qui signifie que 50 % des biens ont été vendus en-dessous de ce prix et 50% au-dessus, on constate que le prix médian d’une maison à Durbuy est alors de 156 000 euros, soit une progression de près de 16%. Un résultat qui reste très remarquable, puisque les communes de Marche-en-Famenne, de Hotton ou encore Erezée ont encaissé pour leur part des reculs de respectivement 3%, 7% et 25% durant la même période. Pour le premier semestre de cette année, les maisons de Durbuy ont à nouveau enregistré une bonification de 3%, tirant le prix médian actuel à 162 500 euros. Un prix qui talonne presque celui de Marche-en-Famenne, qui se stabilise à 170 000 euros.    

Sur le segment des maisons quatre façades – en bon état – le prix moyen tourne autour de 225 000 euros. Bien entendu, comme c’est le cas ailleurs dans le pays, les maisons très énergivores et nécessitant de gros travaux de rénovation n’ont plus du tout la cote. Le marché de la seconde résidence peut quant à lui faire exploser les prix dans le cas d’un bien de qualité et de caractère.

Logic Repères

Maison 2 façades : 162 500 euros

Maison 4 façades : 225 000 euros

Lexique