Parole du pro : bien réussir sa vente en viager avec Michel Renson

Remy Bersipont
Rédigé par Remy Bersipont
20 septembre 2022

Très populaire en Belgique, la vente en viager est une formule souple et adaptable, mais néanmoins parfois complexe. Michel Renson, directeur de l’agence Avimmo, est spécialiste de ce type de vente qui permet aux seniors de vendre leur bien tout en continuant d’y vivre. Il nous donne trucs et conseils pour un viager réussi.

Michel Renson connaît mieux que quiconque les particularités du viager : il en a fait sa spécialité dès les débuts de l’agence Avimmo il y a 36 ans. Dans cette entreprise familiale qu’il gère avec son épouse et ses deux filles, on ne chôme pas ces temps-ci. Le viager est populaire dans le contexte actuel.

 « Les taux d’intérêt bancaires actuels, dissuasifs, mènent les acheteurs vers le viager, explique Michel Renson. « Et beaucoup de seniors veulent vendre en viager parce que leurs difficultés financières les mènent à valoriser une autre source de revenu que leur pension, soit pour pouvoir se payer des soins à la maison ou assumer des charges de plus en plus chères, soit pour payer la maison de repos. »

Le viager, c’est pour qui ?

Il y a trois grandes catégories de vendeurs, selon Michel Renson. Le cas le plus classique est celui de gens qui n’ont pas d’enfants et s’inquiètent de leur succession. Le viager répond à cette préoccupation tout en leur offrant une qualité de vie supérieure. « Idéalement, il faut dépasser 70 ans pour avoir une rente suffisante. Si la personne est plus jeune, le calcul de la rente sera en défaveur du vendeur, parce qu’étalé sur plusieurs années. »

Le deuxième cas de figure est celui de seniors voulant améliorer leurs conditions financières à leur retraite. « Avec l’argent du bouquet, ils peuvent faire un achat important, par exemple un motor home pour profiter de la vie et des voyages. »  

Le troisième cas de figure est celui de propriétaires désirant déshériter leurs enfants. « C’est malheureusement de plus en plus fréquent dans notre monde où les familles sont plus divisées qu’avant », souligne notre expert.

Peut-on faire du viager avec ses proches ?

« Je ne le recommande absolument pas, tranche Michel Renson. Cela peut créer des conflits.

Mais il est important de bien choisir son acheteur, car on devra créer avec lui une relation à long terme. Il faut que le courant passe. Évitez les investisseurs en série. Je recommande ainis de vendre à une personne physique, pas à une agence ou à une société. »

Comment analyser les capacités financières de l’acheteur ?

« Il faut être rigoureux dans l’étape de l’analyse du dossier de l’acquéreur, pour s’assurer qu’il ait vraiment les moyens », conseille Michel Renson. Il doit être en mesure de payer le bouquet sans devoir recourir à un prêt bancaire, par exemple.

Comment déterminer le montant de la rente?

« N’essayez pas de faire ça par vous-mêmes !, dit notre expert. Les agence immobilières telles que la nôtre pourront vous aider en utilisant un logiciel très précis, qui prend en compte tous les facteurs : âge des personnes, durée de vie probable, taux d’intérêt, montant de la pleine propriété et de l’usufruit, etc… »

Sachez aussi qu’il est possible d’adapter le montant du bouquet selon les besoins du vendeur, ou en fonction de son âge et de son espérance de vie. La formule du viager est très adaptable !

Partager cet article

Biens immobiliers sélectionnés pour vous