Cocorico pour les architectes belges… du bout du monde

Rédigé par Logic-Immo.be
6 décembre 2021

Les Belges dans le monde ne sont pas seulement appréciés pour leur bière, leur humour et leur sens du compromis ! Petite séquence « inspiration » de notre newsletter : nous avons eu envie de mettre à l’honneur trois architectes belges dont le talent a fait mouche en dehors de nos frontières ces derniers mois.

1. Yannick Levêque, l’architecte bourlingueuse

Depuis son diplôme d’architecture obtenu à Bruxelles en 1996, Yannick Levêque a préféré partir travailler près du soleil et de la mer. Après un parcours en Espagne, en France et en Afrique, elle a posé sa table à dessin à Dubaï. C’était il y a sept ans : l’énergie et les possibilités infinies de cette ville cosmopolite ont été un véritable coup de foudre ! Yannick Levêque est entrée dans l’équipe d’architectes du groupe de construction et d’ingénierie Besix. Depuis lors, son talent et sa capacité à coordonner des équipes multiples se sont imposés dans des projets de grande envergure, dont le luxueux Royal Atlantis sur le Palm Jumeirah, où 52 architectes et designers de différentes nationalités sont intervenus. Récemment, l’architecte américain Franck Gehry lui a confié la supervision d’un nouveau projet : la construction du futur musée Guggenheim d’Abu Dhabi. Avec ses 30.000 m2, celui-ci sera le plus grand des musées de la Fondation Solomon R. Guggenheim (après Bilbao, New York et Venise) ! Un sacré bout de femme à découvrir : https://www.instagram.com/yanniclevequearchitect/?hl=fr

2. Laurent Troost, un architecte au cœur de l’Amazonie

Changement de continent pour ce deuxième cocorico : l’architecte belge Laurent Troost, installé à Manaus, la troisième plus grande métropole du Brésil, est un habitué des distinctions. Début novembre 2021, une de ses réalisations était lauréate du prestigieux prix international Architecture Masterprize : Cassina Innovation House. Cette « maison de l’innovation » a aussi été sélectionnée parmi les 13 projets finalistes (sur 178 candidatures !) du 8ème Prix d’Architecture à l’Instituto Tomie Ohtake AkzoNobel, qui vise à récompenser les productions architecturales exceptionnelles de la scène brésilienne contemporaine, valorisant les manières innovantes de penser et de construire l’espace social. La Cassina Innovation House était une ruine abandonnée vieille de 125 ans. Le bureau de Laurent Troost en a fait un lieu de coworking surprenant dédié à des start-ups dans le domaine digital. Le bâtiment totalise 1.586m² répartis sur quatre niveaux et cache un jardin tropical derrière la façade principale. Un clin d’œil à la raison d’être de Manaus, capitale de l’Amazonie et porte ouverte sur la forêt tropicale… Découvrez d’autres réalisations de Laurent Troost :  https://www.instagram.com/laurenttroost/

3. Baukunst incarne le monde en transition

Ces derniers mois s’est achevé un chantier particulier sur le campus de l’Ecole polytechnique de Palaiseau (France) : une résidence estudiantine posée sur un parking réversible. Actuellement, les trois premiers niveaux sont des parkings ouverts tandis que les logements occupent les trois niveaux supérieurs. Mais le campus Saclay est pensé pour évoluer car la construction d’une ligne RER à proximité est prévue d’ici 2027. À terme, une partie des places de parking sera ainsi reconfigurée en logements ou en bureaux. Ce projet est l’œuvre de deux bureaux d’architectes : les Belges de Baukunst et l’agence parisienne Bruther. Alors que les projets concurrents séparaient parking et résidence, le tandem Baukunst/Bruther a préféré une unité architecturale en superposant les deux. Ce projet insolite fait actuellement partie des 31 nominés sur Brussels Architecture Prize 2021 ! A découvrir (ou à voter !) ici : https://brusselsarchitectureprize.be/fr/project/saclay/

Liliane Fanello

Partager cet article

Biens immobiliers sélectionnés pour vous