Accalmie sur le marché de l’immobilier ou plutôt… retour à la raison

Rédigé par Logic-Immo.be
16 mai 2022

Lors du premier confinement de 2020, on s’attendait à une baisse d’activités du marché immobilier. C’est finalement l’inverse qui s’est produit. Le marché s’est emballé, voire enflammé. Le Belge a cherché à changer de logement, s’est tourné vers des biens plus grands et disposant d’espaces extérieurs tels que des terrasses ou des jardins.

Baromètre des notaires : derniers chiffres

Les chiffres communiqués par la Fédération des notaires mettent en évidence un nombre croissant de transactions immobilières, pour des prix toujours plus élevés.

À première vue, le dernier baromètre des notaires pour le premier trimestre 2022 va dans le même sens. Les transactions immobilières belges continuent de croître : elles ont augmenté de 2,2 % par rapport à la même période de l’année précédente.  Mais si l’on regarde de plus près, que voit-on ?  En janvier, les affaires ont continué comme d’habitude, avec pas moins de 8,9 % de transactions supplémentaires par rapport à l’année précédente. Mais le mois de février a été suivi d’une légère baisse de 0,4%, tandis qu’en mars la baisse pour l’ensemble du pays a été de -1,5%.

Incertitudes sur le marché immobilier

Selon la Fédération des notaires, l’explication de ce revirement réside dans le contexte économique général. La guerre en Ukraine a considérablement impacté le coût de la vie. Les personnes qui envisagent d’acheter une maison ou un appartement sont plus prudentes lorsqu’elles examinent la somme qu’elles peuvent mettre de côté chaque mois pour rembourser leur prêt hypothécaire.  Selon la Fédération des notaires, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions générales. Il faudra attendre pour voir si la tendance se poursuit ou pas. Si l’inflation réduit effectivement la demande en maisons et en appartements, cela entraînera tôt ou tard une baisse des prix.

Rester calme, tel est le message

Les deux courtiers que nous avons contactés suivent évidemment de près l’évolution de la situation, mais restent calmes. « Les deux dernières années, il y a vraiment eu une sorte de surchauffe du marché avec parfois des achats à l’aveugle et des prix fous. Un retour au calme nous parait donc normal », dit le premier. « Aujourd’hui, les acheteurs procèdent simplement de manière plus réfléchie. Ils accordent à nouveau plus d’attention aux maisons devant être rénovées, avec l’intention d’étaler les travaux sur plusieurs années. »

Selon le second, il n’y a pas non plus de raison de paniquer. Il continue à conseiller aux acheteurs potentiels de ne pas reporter un achat prévu. « L’immobilier l’a prouvé au fil des ans : il constitue une réponse stable face à toutes les crises possibles. N’oubliez pas que si vous avez acheté une maison il y a cinq ans, par exemple, vous pouvez obtenir aujourd’hui un prix beaucoup plus élevé que celui payé à l’époque. L’immobilier, tout en surfant sur les vagues de l’économie générale, sera toujours une valeur stable. »  

Partager cet article

Biens immobiliers sélectionnés pour vous