Acheter une nouvelle maison : la feuille de route complète

Acheter une nouvelle maison

Écrit par Renaud Chaudoir le 19 mars 2018

La feuille de route complète

Vous êtes sur le point d’acheter une nouvelle maison pour emménager avec votre partenaire, agrandir votre famille ou vous reconvertir professionnellement ? Quelle que soit la raison de votre décision, sachez que l’achat d’une maison est un processus parfois long et laborieux. Nous vous en dressons une feuille de route, de la définition du budget à la signature de l’acte notarié.

Acheter une nouvelle maison : la feuille de route complète

Étape 1 : définir votre budget

Avant d’entamer votre recherche du parfait logement, il est essentiel de connaître vos possibilités financières. Acheter une maison est une opération coûteuse, à laquelle viennent se greffer de nombreux frais annexes.

Afin de couvrir l’ensemble de ces frais, il est souvent nécessaire de multiplier les sources de fonds : propres moyens financiers, emprunt (crédit hypothécaire ou crédit pont) et/ou vente de votre logement actuel. N’hésitez pas à demander l’aide d’un expert financier afin de disposer d’un aperçu général fiable de vos moyens. Une fois votre budget défini, vous pourrez passer à la phase de recherche de votre nouvelle habitation.

Étape 2 : choisir l’emplacement idéal

Lors de l’achat d’une nouvelle maison, l’emplacement de celle-ci représente l’un des critères de choix les plus importants. L’adresse d’un bien immobilier est non seulement déterminante pour son prix de vente, mais aussi pour l’organisation future de votre nouvelle vie.

Tenez avant tout compte :

  • du cadre de vie : voulez-vous habiter en ville ou à la campagne ? Aimez-vous la nature ou l’agitation ?
  • de la facilité d’accès : la maison se trouve-t-elle à proximité des transports en commun et/ou des routes importantes ? Pouvez-vous vous rendre facilement au travail, à l’école de vos enfants, chez vos amis et votre famille ?
  • de la proximité des commerces : avez-vous besoin de la voiture pour vous rendre au supermarché, au cinéma ou au club de sport, ou savez-vous vous y rendre à pied et à vélo ?
  • des éventuels points négatifs cachés : vérifiez que la maison que vous convoitez ne se situe pas en zone inondable ou sur une voie aérienne fréquentée.
  • de l’ambiance du quartier : s’agit-il d’un quartier résidentiel, estudiantin ou réputé « chaud » ?

Étape 3 : chercher une nouvelle maison sur le marché immobilier

C’est décidé, vous savez dans quel quartier vous souhaitez emménager ? La phase de recherche à proprement parler peut alors débuter, mais pas sans avoir listé un certain nombre de critères de recherche :

  • Le type d’habitation recherchée : maison quatre façade ou deux façades, appartement, maison kangourou, maison avec espace de travail…
  • L’état de l’habitation ;
  • Le style architectural ;

La recherche d’un bien immobilier peut bien entendu se faire en ligne, par ses propres moyens, mais il n’est pas exclu de faire appel à un agent immobilier. N’oubliez pas d’informer également vos amis et votre famille de vos recherches et d’ouvrir l’œil lorsque vous vous promenez en rue pour ne manquer aucun panneau « à vendre ».

Étape 4 : visiter le bien

Si vous convoitez une maison, il est plus que probable que vous souhaitiez la visiter avant de passer aux choses sérieuses. Lors d’une visite immobilière, il est toutefois impératif de garder un regard critique et de ne pas se laisser influencer par le vendeur ou l’agent immobilier. Pensez à rédiger une check-list des points à vérifier lors de votre visite :

Faites par exemple attention :

  • à l’apport de lumière ;
  • au système de chauffage ;
  • au type de vitrage ;
  • à l’installation électrique ;
  • aux éventuels problèmes d’humidité ;
  • à l’état de la toiture et de la charpente ;
  • au revêtement de façade ;
  • à la ventilation ;

Naturellement, la visite d’un bien immobilier ne se résume pas au passage en revue de quelques points techniques. Il faut aussi que vous tombiez amoureux du bien et que vous ayez envie d’y habiter.

Après cette première visite, il vous sera enfin possible de faire une offre ou de demander une seconde visite, accompagné d’une personne plus experte dans certains domaines (un électricien, par exemple, si vous suspectez que l’installation électrique n’est pas en ordre).

Étape 5 : négocier le prix

Faire une bonne offre de prix est souvent loin d’être une sinécure. Trop faible, votre offre ne parviendra pas à séduire le vendeur. Trop élevée, elle risquerait de vous faire réaliser des dépenses « inutiles ». L’important est de ne pas vous focaliser sur le prix demandé, mais d’analyser les prix du marché de l’immobilier et des habitations similaires situées dans la même région. Vous pourrez ainsi vous faire une idée d’un prix de vente réaliste. Si vos moyens financiers le permettent, directement aligner votre offre sur le prix demandé est bien entendu possible, mais il est courant de faire une offre 15 à 20 % moins élevée que le prix du vendeur.

Négocier le prix d’un bien immobilier est un art que tout le monde ne maîtrise pas. Pour vous donner un petit coup de pouce, voici différentes techniques permettant de faire baisser les prix :

  • Insistez sur les défauts de l’habitation afin de justifier une offre inférieure au prix demandé.
  • Laisser entendre qu’une autre maison vous intéresse davantage. Le vendeur se décidera peut-être à baisser son prix.
  • Si le vendeur refuse votre offre initiale, proposez-lui de « couper la poire en deux ». Fixez alors un montant situé à mi-chemin entre votre offre et le prix demandé.
  • Les négociations en sont au point mort ? Le moment est alors venu de dégainer votre dernière offre. Plus haute que les précédentes, elle est aussi non négociable.

Étape 6 : le compromis

Vous êtes parvenu à un accord avec le vendeur quant à « la chose et au prix » ? Il est alors important de faire rédiger le compris de vente le plus vite possible par un notaire. Une fois le compromis signé, la vente est actée et il n’est plus question pour les parties (le vendeur et vous-même) de se désister. Cela signifie aussi que le vendeur est tenu de refuser les éventuelles offres ultérieures plus élevées que la vôtre.

Le compromis de vente doit être aussi complet que possible. Mentionnez-y toujours :

  • l’identité du vendeur et de l’acheteur ;
  • une description du bien immobilier ;
  • les informations en lien avec la location du bien ;
  • le prix d’achat et le mode de paiement ; les éventuelles servitudes.

En règle générale, il faudra vous rendre chez le notaire dans les quatre mois après la signature du compromis pour rédiger l’acte de vente.

Étape 7 : la signature de l’acte notarié

L’acte notarié, ou acte authentique de vente, scelle définitivement la vente de votre nouvelle maison. Le notaire consultera au préalable différentes sources et vérifiera l’identité du vendeur et de l’acheteur. Une fois l’acte signé, vous devenez le propriétaire incontesté de votre nouvelle habitation. Le notaire se chargera ensuite de transmettre l’acte aux autorités publiques compétentes en la matière.

Ne sous-estimez pas le montant de frais de notaire qui s’ajoutent au prix d’achat d’une habitation. Le droit d’enregistrement, les honoraires, les frais d’acte et la TVA représentent ensemble 11 à 14 % du prix de vente.

Vous contractez un prêt hypothécaire pour financer l’achat de votre nouvelle maison ? Un acte de crédit hypothécaire, lui aussi payant, devra être rédigé.

Lexique