Acheter une seconde résidence en 2013

Écrit par Renaud Chaudoir le 5 février 2013

Seconde résidence

Autrefois appelée maison de campagne ou maison de vacances, la résidence secondaire a dépassé le cadre du simple lieu de villégiature.  Aujourd’hui, l’achat d’une résidence secondaire est souvent vue en terme d’investissement immobilier à court ou à long terme.

Financer une résidence secondaire

Malgré la situation économique, le marché des résidences secondaires a la cote !  Investir dans de la brique est toujours plus rentable que de laisser l’argent dormir sur un compte épargne.  De nombreux belges sont donc tentés par l’achat d’une seconde résidence.  On estime qu’environ 30% des belges qui acquièrent une résidence secondaire la financent avec leurs fonds propres.  La grande majorité des acquéreurs font appel à un emprunt immobilier.  Une autre alternative pour financer une seconde résidence est de demander une avance sur votre assurance groupe.  Vous pouvez bénéficier d’une avance à condition qu’elle serve à l’achat, à la construction ou à la rénovation d’un bien immobilier en Belgique ou en Europe.

Les taxes sur la seconde résidence

Si vous avez contracté un emprunt hypothécaire pour acheter une seconde résidence, vous n’avez en principe pas droit à un avantage fiscal car celui-ci ne veut que sur « l’habitation propre et unique ». 

 

L’achat d’une seconde résidence en Belgique est soumise aux droits d’enregistrements (10% en Flandre, 12,5% en Wallonie), ou à la TVA de 21% dans le cas d’une construction neuve.  Chaque année, vous devez aussi payer un précompte immobilier sur votre résidence secondaire ainsi que des taxes communales.

 

La résidence principale est exonérée de l'impôt des personnes physiques (I.P.P.), mais ce n’est pas le cas de la résidence secondaire.  Dans ce cas, l’I.P.P est calculé sur la base du RC (indexé et majoré de 40%). Si votre bien est situé à l’étranger, vous devez déclarer un revenu locatif.

Rentabiliser une résidence secondaire

Il existe plusieurs façons de rentabiliser une seconde résidence.  S’il s’agit uniquement d’un investissement, le plus évident est de mettre le bien en location.  Si vous souhaitez profiter de votre bien immobilier quelques semaines par an, une alternative est de le proposer en location saisonnière.  Vous pouvez faire appel à une agence immobilière sur place qui se charge de tous les détails pratiques : visites du bien, organisation du nettoyage, perception des loyers, etc..  contre une rétribution d’environ 10% du prix du loyer.

 

Lexique