anderlecht maison communale

Anderlecht sur le podium des appartements les moins chers de Bruxelles

Écrit par Stephan Debusschere le 22 avril 2015

Marché immobilier fractionné et disparités en matière de prix

Présentant quasi autant de visages qu’elle n’a de quartiers, la vaste commune d’Anderlecht affiche un marché immobilier fractionné et des disparités en matière de prix. Le prix de référence des maisons mitoyennes reste néanmoins le moins élevé de l’ouest de Bruxelles, tandis que les appartements figurent dans le top 3 des communes les moins chères de la capitale.

anderlecht maison communaleA Anderlecht plus qu’ailleurs, la réalité immobilière ne peut se résumer à l’aune des moyennes statistiques. Selon les localisations, la commune présente en effet des disparités en matière de prix, tant au niveau des maisons que des appartements.

 

Si on peut y trouver les tarifs les moins chers de Bruxelles dans les quartiers populaires, la présence de quartiers plus cossus recouvre une autre réalité tarifaire. Si un budget de quelque 220.000 euros devrait déjà permettre d’acquérir une maison mitoyenne à rénover du côté de la chaussée de Mons, il faudra plutôt en prévoir un de 300.000 à 350.000 euros pour en acquérir une dans les zones jouxtant le parc Astrid ou le Parc du Forestier. Tous quartiers confondus, le prix médian d’une maison à Anderlecht en 2014 se chiffre à 260 000 euros, un prix qui a peu varié par rapport à 2013 et 2012.

Anderlecht reste ainsi dans le top 5 des communes bruxelloises offrant les maisons les moins chères de la Capitale. Pour fixer ce prix médian, la Fédération des notaires a retiré les prix qui lui semblaient exceptionnels, tant à la baisse qu’à la hausse. Ce qui est certain, c’est qu’à l’instar des communes du nord-ouest de la capitale, une maison anderlechtoise peut coûter jusqu’à deux fois moins cher que dans les communes les plus huppées du sud.


Appartements en équilibre


Si le marché des maisons à Anderlecht s’est stabilisé au cours de l’année écoulée, celui des appartements, le segment phare à Anderlecht comme dans le nord de Bruxelles, affiche aussi un équilibre en termes de valeur, avec un prix médian de 143.000 euros qui n’a évolué que de 2% par rapport à 2013. Tous quartiers confondus, les appartements anderlechtois figurent donc une nouvelle fois sur le podium des communes les moins chères de la capitale, cette fois juste derrière Berchem-Sainte-Agathe (145.000 euros), et devant Ganshoren (142.000 euros). Pour information, le prix médian 2014 d’un appartement bruxellois est de 185 000 euros, soit un recul très relatif de 2,6% par rapport à 2013. Précisons qu’il s’agit ici du prix médian pour toutes les catégories d’appartements. Selon le nombre de chambres, le prix à Anderlecht passe de 116.500 euros (1 ch.) à 150.000 euros (2 ch.) et 175.000 euros (3 ch.).

 

Dans les quartiers plus cossus de la commune, celui du Scherdemael par exemple, les appartements se négocient davantage dans une tranche de prix supérieure dépassant les 200.000 euros. Dans les quartiers plus populaires, du côté de Cureghem par exemple, la situation est généralement moins brillante au niveau du volume de transactions, car les prix demandés y rencontrent plus difficilement la demande. Certains propriétaires doivent donc revoir leurs ambitions à la baisse, en raison de la localisation de leur bien, du budget et, partant, de la capacité des candidats acquéreurs à obtenir un crédit.


Avis aux investisseurs


Grâce aux projets de rénovation urbaine, l’offre en appartements neufs s’est structurée à Anderlecht. La SDRB (Société de développement de la Région Bruxelloise) a notamment multiplié les chantiers communaux. Ayant pour mission de freiner la fuite des habitants à revenus moyens par manque d’offres de logements correspondant à leur budget, celle-ci reçoit des subsides de la Région Bruxelloise et peut ainsi plafonner ses prix de vente en dessous des valeurs du marché.

En 2013, la SDRB a reçu pour une période de 7 ans un droit de préemption dans la commune. Ce droit vaut à l’intérieur d’un territoire qui, dans les grandes lignes, est délimité par la rue Ropsy Chaudron, le quai de l’Industrie, la rue de Liverpool, la rue du Chimiste, la chaussée de Mons ainsi que la rue du Compas. Ce quartier, caractérisé par une grande désaffectation et un manque d’infrastructures publiques, est l’objet d’un Contrat de Quartier Durable. Pour la SDRB, l’objectif est de mettre en place des opérations immobilières cohérentes qui doivent développer le quartier de manière durable, avec des établissements publics.


D’autres complexes résidentiels ont déjà pris place dans la commune, à l’instar du désormais renommé Quartier des Musiciens, rue Félicien Rops, un vaste projet de réhabilitation d’une ancienne friche industrielle qui en est à sa seconde phase et offrira 140 nouveaux appartements à l’horizon 2017.

D’autres promotions vont bientôt sortir de terre et revaloriser des chancres urbains pour les transformer en de nouveaux quartiers verts favorisant la mobilité douce. Ces futurs appartements et maisons rencontrent un vif succès, notamment du côté des investisseurs qui connaissent le grand potentiel locatif de la commune et savent que le rendement qu’ils peuvent obtenir à l’ouest de Bruxelles est plus élevé qu’au sud. En effet, les communes les plus huppées de la capitale offrent logiquement des rendements bien moins réjouissants, puisque c’est là que les prix d’acquisition sont de loin les plus élevés.

Logic Repères

 

  • Maison mitoyenne : 260.000 euros
  • Appartement : 143.000 euros
  • Appartement neuf : 2.500 euros/m2

 

Lexique