L’assurance perte de revenus, à nouveau populaire en Flandre

L’assurance perte de revenus, à nouveau populaire en Flandre

Écrit par Renaud Chaudoir le 18 mars 2015

L’assurance perte de revenus (verzekering gewaarborgd wonen) connait à nouveau le succès en Flandre. En 2013, 10.391 assurances avaient été contractées, tandis que 13.183 nouveaux contrats étaient comptabilisés pour les 10 premiers mois de 2014. Les transactions immobilières ayant connu un boom durant les deux derniers mois de 2014, il est fort à parier que les chiffres de 2014 soient encore en hausse. 

L’assurance perte de revenus, à nouveau populaire en Flandre

Qu’est-ce que l’assurance perte de revenu ?

L’assurance perte de revenus est une assurance gratuite qui prend en charge la totalité ou une partie du remboursement de votre emprunt hypothécaire, contracté en vue de l’achat, de la construction ou de la rénovation de votre habitation en cas de perte d’emploi ou d’incapacité de travail involontaires.

Assurance perte de revenu : des différences régionales

C’est la région dans laquelle se trouve votre bien qui s’acquitte de la prime d’assurance. Celle-ci est donc gratuite pour le demandeur. Les conditions d’octroi et de remboursement diffèrent en Wallonie et en Flandre.

 

En Wallonie, la police d’assurance couvre votre emprunt pour un montant maximum de 6.200€ par an sur une durée de maximum trois ans.

 

En Flandre, l’assurance couvre 70% du montant à rembourser la première année, 56% durant la deuxième année et 42% la troisième.

 

A Bruxelles, ce type de dispositif ne semble toujours pas à l’ordre du jour, malgré certains effets d’annonce, il y a quelques années. En revanche, des assureurs privés proposent différentes formules.

Une campagne de sensibilisation en Flandre

Une grande campagne de sensibilisation a été menée en Flandre via les notaires, le secteur bancaire, le VMSW (de Vlaamse Maatschappij voor Sociaal Wonen), het Vlaams Woningfonds et quelques sociétés de crédit.

 

Le nombre de demandes devrait encore augmenter, puisque les contracteurs d’un emprunt disposent d’un an pour introduire leur demande.

 

Lexique