Ath, picture by Paul Hermans.

Ath

Écrit par Stephan Debusschere le 13 décembre 2017

Les appartements plus chers que les maisons

Dans la Cité des géants, l’immobilier neuf a le vent en poupe, avec pour point de mire la croissance démographique attendue. 

Dans la ville d’Ath, le potentiel d’amateurs locaux a diminué depuis la crise de 2008, remplacé par un nombre conséquent de candidats acquéreurs provenant désormais de la Région bruxelloise mais aussi des zones de la dorsale de l’A8. C’est que la ville présente de gros avantages en termes de mobilité, avec l’A8 desservant Bruxelles en 30 minutes et une gare la connectant à Bruxelles en 25 minutes. 

Maison : une valeur sûre

Les maisons mitoyennes avaient encaissé une petite correction à Ath courant 2015, équivalente à l’augmentation en 2014. Ce retour aux valeurs de 2013 n’a donc pas signifié une baisse de prix. Au contraire, avec une progression du prix médian à 160 000 euros, l’année 2016 a démontré que ce segment reste une valeur sûre en Hainaut occidental, et c’est d’autant plus le cas à Ath, étant donné la hausse de l’attrait de la ville suite aux grandes rénovations dont elle a fait l’objet et aux facilités qu’elle offre désormais. Preuve en a été faite au cours du premier semestre de cette année, enregistrant une nouvelle progression du prix médian à 165 000 euros.

L’attrait du produit fini

Le segment des villas de 30 à 40 ans d’âge reste le plus durement touché. Ces biens, où presque tout est à rénover, avaient subi une baisse allant jusqu’à 25% au lendemain de 2008. Avant la crise, les candidats acquéreurs se focalisaient sur le prix d’achat, quitte à sous-estimer le montant des rénovations nécessaires. Mais la tendance s’est depuis largement inversée, les candidats à la propriété craignant de ne pas pouvoir assumer ces dépenses.

L’attrait du produit fini a donc fait son œuvre. En conséquence, ce sont les biens qui ne nécessitent pas ou peu de travaux et dont le profil énergétique est viable qui ont désormais la préférence des acheteurs, avec des prix qui restent plutôt stables pour les biens récents, c’est-à-dire datant de dix ans au plus.

Biens haut de gamme en berne

Sur le segment des fermettes et des propriétés de 300 000 euros et