Auderghem, picture by abxbay.

Auderghem

Écrit par Stephan Debusschere le 17 avril 2018

Dans le top 10 bruxellois

Les prix des maisons sont actuellement en phase de stabilisation tandis que ceux des appartements ont le vent en poupe. Auderghem est l’une des communes bruxelloises qui a récemment affiché le plus de projets neufs d’envergure.

Commune aux allures de village, avec un territoire plus petit que celui de sa voisine Watermael-Boitsfort, Auderghem est notamment très appréciée des personnes issues des institutions européennes, entre autres en raison de sa proximité avec leur lieu de travail et la forêt de Soignes. Si elle est à la fois urbaine et proche de la nature, la commune est en revanche moins avantagée en matière de commerces de proximité, néanmoins compensés par deux centres commerciaux tout proches. Il n’en reste pas moins que les personnes et les familles qui y habitent ne cessent de vanter ses mérites.

On comprend dès lors que le marché immobilier de la commune ne soit pas particulièrement agité, à l’image de sa calme voisine Watermael-Boitsfort. Au lendemain de l’avènement de la crise de 2008, pour un budget avoisinant les 400 000 euros, on pouvait encore trouver une maison 2 ou 3 façades. Par la suite, si les propriétaires ont semblé être devenus raisonnables dans les prix de vente affichés, il est apparu que les prix réels de vente n’avaient en réalité pas diminué outre mesure. Après une période de stabilisation des prix entre 2012 et 2014, 2015 a tout de même gratifié les maisons d’une bonification amenant le prix médian à 413 000 euros. Et alors que l’année 2016 aura très légèrement tassé ce prix, tassement équivalant davantage à une stabilisation, l’année écoulée a marqué un petit sursaut, remontant le prix médian à 407 500 euros, toujours au-dessus du prix médian de l’ensemble de la Région, fixé à 375 000 euros.

En observant de près cette médiane, on observe que 50 % des maisons vendues à Auderghem l’ont été dans une tranche de prix assez large comprise entre 330 000 et 500 000 euros. Sur ce segment, Auderghem se glisse à la neuvième place du classement bruxellois, derrière Watermael-Boitsfort où les quelque 25 000 habitants n’ont pas plus de propension à vouloir vivre ailleurs.

Auderghem, picture by abxbay.

Très bonne santé des appartements

Le prix médian d’un appartement à Auderghem s’était déjà bonifié courant 2016, pour un prix médian de 226 500 euros. L’année écoulée aura renforcé la tendance en enregistrant un bond de 17,5%, poussant le prix médian à 258 500 euros, dépassant cette fois largement celui de sa voisine Watermael-Boitsfort, ainsi que celui d’Uccle. Ce marché présente par ailleurs une assez forte segmentation, avec 50% des appartements vendus dans une tranche de prix comprise entre 200 000 et 330 000 euros selon la situation, l’état et les prestations des biens.

Du côté du neuf, Auderghem est l’une des communes bruxelloises qui a récemment affiché le plus de projets d’envergure, comme par exemple les appartements des « Terrasses de Val Duchesse » du côté du clos Crommelynck, ceux du « Triumph Gardens » sur le boulevard du Triomphe, des « Jardins de Tilia » dans le quartier des Invalides, ou encore ceux de « Delvaux » et de « Bassem Gardens » à proximité du quartier Val Duchesse. Une avalanche de biens neufs qui, de par leurs finitions de standing, soulignent davantage le côté quelque peu obsolète de tous les anciens immeubles qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

Un quartier à redessiner

Un concours d'architecture avait été lancé par des promoteurs belges pour repenser complètement l'aménagement de trois immeubles situés au croisement de l'avenue Beaulieu et du boulevard du Triomphe à Auderghem, une vraie porte d'entrée de la Capitale lorsque l’on sort du tunnel Delta en provenance de la E411. Ce projet s'inscrit dans le cadre du Plan d'aménagement directeur (PAD) Herrmann-Debroux qui va redessiner le quartier sur 43,5 hectares. Un processus de participation citoyenne a par ailleurs été lancé pour alimenter le plan d'aménagement de ce pôle stratégique.

Le lauréat de ce concours est l'association momentanée entre le Japonais Sou Fujimoto, un architecte de renommée internationale faisant partie du club des « stararchitectes », et le bureau Awaa Architecture basé à Auderghem. On doit notamment à l’architecte japonais des projets tels que le Mille arbres à Paris, un projet emblématique pour le Paris de demain, ou encore la Taiwan Tower. Des projets innovants, à l’instar de ce qu'il a proposé aux promoteurs belges. Le programme, qui va s'étendre sur pas moins 50 000 m2, portera essentiellement sur le résidentiel, et inclura des commerces, un hôtel et de l'Horeca. La Régie des bâtiments disposant d'un bail de huit ans au terme duquel les bâtiments seront rasés, le projet a donc bien le temps de se peaufiner.

La résistance des villas

Avec Uccle, Woluwe-Saint-Pierre et Watermael-Boitsfort, Auderghem fait partie du dernier carré des communes bruxelloises à connaître une activité encore quantifiable sur ce segment. Si toutes n’ont pas enregistré de bonifications pour autant depuis 2014, les villas d’Auderghem ont pour leur part profité de leur attraction pour tirer leur prix médian à 945 000 euros, à l’instar de celles de sa voisine Watermael-Boitsfort. L’année écoulée indique cette fois un certain fléchissement des prix dans ces deux communes.

Logic Repères

Maison : 407 500 euros

Appartement : 258 500 euros

Appartement neuf : de 3500 à 3900 euros/m²

Lexique