Chaumont-Gistoux Eglise

Chaumont-Gistoux – Grez-Doiceau – Beauvechain

Écrit par Stephan Debusschere le 15 mai 2015

Les prix des maisons en hausse

Les mouvements à la hausse des maisons démontrent que l’Est de la belle province continue à progresser sur ce segment, au détriment des villas. A l’exception de Beauvechain, qui performe sur les deux tableaux.

Chaumont-Gistoux EglisePetit retour en arrière. A l’est du Brabant wallon, comme à l’ouest, l’atterrissage assez brutal qu’avait réservé l’année 2008 s’était poursuivi en 2009, mais davantage en douceur. Les communes de Beauvechain, Grez-Doiceau et Chaumont-Gistoux avaient alors connu toutes trois un recul de 4,5 à 6 %.
 
Beauvechain n’étant pas classée dans la même catégorie de prix que les deux autres, plus huppées, cette baisse indiquait que la tendance baissière, bien qu’elle n’ait pas été excessive, avait en réalité concerné toute la province qui avait globalement connu une baisse de 4,5%. Cinq ans plus tard, on constate que ces trois marchés immobiliers ne sont pas toutes logées à la même enseigne selon le segment. Si les prix des maisons sont à la hausse dans chacune d’entre elles, seules les villas de Beauvechain affichent une progression. Ce segment est en effet en recul au sein des 2 autres communes.
 

Hausse généralisée des maisons

Bien que ces trois communes présentent toujours des visages distincts au sein d’une même province, il existe entre elles un dénominateur commun, celui des prix qui l’ont souvent emporté sur l’activité, malgré l’offre excédentaire. 
 
A Beauvechain, qui souffre déjà depuis dix ans d’un certain retard dans la prise de plus-value sur le segment des maisons par rapport à Grez-Doiceau et Chaumont-Gistoux, le prix de référence de la maison unifamiliale avait légèrement décroché courant 2012. Mais depuis, l’évolution est très positive. Si la progression s’est avérée timide courant 2013, avec 4% d’augmentation, l’année 2014 affiche cette fois une progression de 15% – un total de 33 ventes, soit presque autant qu’en 2013 – pour un prix de référence qui frôle désormais le plafond des 300 000 euros. La commune rejoint ainsi le niveau qu’avait atteint Grez-Doiceau en 2013 sur ce segment. 
 
Si la maison de Grez-Doiceau semblait il y a trois ans pouvoir prendre la même voie que Chaumont-Gistoux, et si d’aucuns s’attendaient à voir se prolonger sa bonification de 75% enregistrée au cours des dix dernières années, force est de constater que c’est encore loin d’être le cas, malgré sa bonne performance durant l’année écoulée. Son prix de référence actuel de 335.000 euros  – sur un total de 80 ventes – a en effet enregistré une bonification de 14%, après un léger recul encaissé en 2012 et une stagnation courant 2013.
 
A Chaumont-Gistoux, la progression se poursuit, inexorablement oserait-on dire. Avec un prix de référence actuel de 455.000 euros, la maison de Chaumont-Gistoux, qui caracolait déjà en tête de ce trio brabançon, se détache une nouvelle fois très nettement en enregistrant une hausse de 21% sur l’ensemble de l’année 2014. Une progression qui se chiffre à pas moins de 149% sur la dernière décennie.
 

Villas en recul, sauf à Beauvechain 

Sur le segment des villas, le moins valorisé sur ces 10 dernières années, c’est la commune de Beauvechain qui tire le mieux son épingle du jeu en termes de progression. Ou plutôt de rattrapage, devrait-on dire. La faible progression de 17% sur les dix dernières années, l’évolution en standby de 2012 et la stagnation courant 2013 avait entraîné un décrochage du prix de référence de la villa, fixé à l’époque à 348 000 euros (370 000 euros en 2012).
 
La plus-value courant 2014 s’est élevée à 9%, élevant cette fois le prix de référence à 380 000 euros. Il s’agit d’ailleurs de la seule commune à voir ce segment prendre de la valeur. Mais en termes de prix, c’est toujours Grez-Doiceau qui détient la palme sur ce segment, bien que le prix de référence actuel de 510.000 euros ait encaissé un recul de 6% au cours de l’année écoulée, et qu’il n’est toujours pas parvenu encore à retrouver son niveau de 2008 (575 000 euros). Les villas de Chaumont-Gistoux ont également rétrogradé en termes de valeur, avec un prix de référence fixé à 462.000 euros, soit un recul de 8%.
 
Sur le marché haut de gamme, la situation reste encore difficile pour les biens juqu’à un million d’euros, bien que l’évolution du contexte économique, la confiance en léger progrès ainsi que les taux hypothécaires historiquement bas contribuent à sa relance. La demande s’oriente davantage vers des parcelles de moindres dimensions, ce qui crée une distorsion au niveau de la demande et de l’offre. Les acheteurs cherchent en effet de plus en plus à vivre sur des terrains faciles à entretenir et donc de taille raisonnable, ce qui ne correspond pas toujours aux biens mis en vente sur le marché. Ils souhaitent également une habitation adaptée aux nouvelles technologies, comme la domotique ou les systèmes de chauffage basse consommation, choses qui entraînent des coûts supplémentaires de mise à jour dont les vendeurs n’acceptent pas toujours facilement l’incidence budgétaire sur les prix de mise en vente.
 

Logic Repères

Chaumont-Gistoux

  • Maison : 455 000 euros
  • Villa : 462 000 euros
  • Appartement : 384 000 euros

Beauvechain

  • Maison : 298 000 euros 
  • Villas : 380 000 euros 
  • Appartement : 361 500 euros 

Grez-Doiceau

  • Maison : 335 000 euros 
  • Villas : 510 000 euros 
  • Appartement : 320 500 euros 

Lexique