Comment définit-on le prix d’un terrain à bâtir ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 25 février 2013

Acheter un terrain à bâtir

Ces derniers temps, le prix du terrain à bâtir a monté en flèche de manière vertigineuse. Sur les 20 dernières années, le terrain à bâtir a vu son prix se multiplier par six, et, par rapport à 2005, il a presque doublé. Mais comment détermine-t-on exactement le prix d’un terrain à bâtir ?

Le prix moyen par terrain à bâtir : en fonction de la Région

Selon les chiffres du SPF Finances, en 2005, on payait environ 71,28 €/m2 pour un terrain à bâtir en Belgique. Au dernier trimestre de 2012, ce prix atteignait 108,29 €/m2.

 

Le prix du terrain à bâtir varie énormément en fonction de la Région dans laquelle se trouve le terrain à bâtir. Le prix moyen du terrain à bâtir durant le dernier trimestre de 2012 était de 52,18 €/m2 seulement en Région wallonne, contre 168,09 €/m2 en Région flamande et environ 695,56 €/m2 en Région de Bruxelles-Capitale. Pour Bruxelles, cela signifie une hausse de 260 % par rapport à 2005.

 

L’origine de cette hausse du prix moyen du terrain à bâtir se trouve dans le fait que l’immobilier continue de bien se porter, malgré la crise financière. De plus, la demande en espaces habitables ne fait qu’augmenter, tandis que le terrain à bâtir devient de plus en plus rare en Belgique.

L’environnement du terrain à bâtir

Outre la Région, le prix du terrain à bâtir dépend fortement de son environnement direct et de sa situation. Un terrain à bâtir orienté au sud et avec une belle vue reviendra plus cher, par exemple, qu’un terrain à bâtir orienté au nord et peu exposé à la lumière.

 

Autre critère : plus le terrain à bâtir est proche du centre communal ou urbain, plus le prix sera élevé. La proximité avec les axes routiers importants, écoles, magasins et autres peut également faire grimper le prix du terrain à bâtir.

Les particularités physiques du terrain à bâtir  

Les particularités physiques d’un terrain à bâtir peuvent également influencer fortement le prix de ce dernier. Par exemple, un terrain à bâtir rectangle avec une longueur deux fois supérieur à la largeur est plus recherché et coutera donc plus cher. En revanche, une pente forte fera baisser le prix du terrain à bâtir, en raison des couts de fondation plus élevés et de la difficulté supplémentaire pour la circulation des appareils de construction sur le terrain à bâtir.

 

La surface et les mesures du terrain à bâtir jouent également un rôle important : plus le terrain est grand, plus il sera cher.

Impôts et frais de notaire

N’oubliez pas que, lors de l’achat d’un terrain à bâtir aussi, vous devrez payer des impôts et frais de notaire. En Flandre, les droits d’enregistrement s’élèvent à 10 % du prix de vente du terrain à bâtir, contre 12,5 % en Wallonie et à Bruxelles. Il faut également ajouter à cela les honoraires du notaire (environ 1 % du prix de vente) et les frais d’acte (700 à 1100 euros).

 

Lexique