Durable et sain, l’habitat ancien ?

Durable et sain,l’habitat ancien ?

Écrit par Masquelier Frédérique le 31 mai 2016

Entre 2009 et 2011, le fabricant de fenêtres de toit Velux s’est lancé dans la construction de 6 maisons témoins expérimentales en France, Allemagne, Danemark, Angleterre et Autriche. Baptisée "ModelHome 2020", l’initiative démontre qu’il est possible de répondre aux besoins futurs en termes d’habitat durable en recourant à des techniques et matériaux actuels. En découle un concept de lieux de vie sains et durables : Active House.

Afin de prolonger l’expérience, un nouveau projet a été mis sur pied, basé, cette fois, sur la rénovation. "Près de la moitié du parc immobilier européen a été érigé entre 1945 et 1980; tandis que, depuis 2008, la production de nouveaux logements a baissé de 30 %, pointe Sabine Pauquay, Public Affairs Manager chez Velux Group. Cela signifie que, d’après les prévisions, 90 % des bâtiments résidentiels existants seront toujours présents d’ici 2050." Il est donc essentiel de rénover le parc vieillissant, souligne-t-elle. Dans cette optique, la Belgique a été choisie pour tester un second concept, inspiré des enseignements du premier : RenovActive House.

Espace, lumière du jour et air de qualité

Un véritable défi, d’autant qu’il est assorti, ici, de conditions. "Pour le volet ‘construction’ de ModelHome 2020, nous n’avons été tenus par aucun critère, pas même budgétaire, reprend Sabine Pauquay. Par contre, cela a été le cas pour le volet ‘rénovation’." La raison ? "Nous voulions cibler un public beaucoup plus large, disposant d’un budget limité."

Voici 4 ans, Velux Group s’est mis en quête d’un partenaire belge, trouvé auprès de la société de logements sociaux Foyer anderlechtois, propriétaire de 3740 biens à Bruxelles, dont 189 des 385 maisonnettes de la cité-jardin du Bon Air, à Anderlecht. Parmi elles, le fabricant a choisi le n° 1 de la rue Jean Lagey, une petite unifamiliale de 80 m² pour trois façades, construite dans les années 20. Dans un état de délabrement avancé, elle a été entièrement remise à neuf en vue de servir de figure de proue d’un habitat ‘ancien’ durable et sain.

"Avec l’aide du bureau ONO Architectuur et de partenaires commerciaux (Saint-Gobain, Renson, Wienerberger…), nous avons rénové la maison en implémentant quelques améliorations clés : une meilleure répartition des pièces et des circulations entre elles, des fenêtres de façade et de toit pour un apport maximal en lumière du jour, un système de ventilation hybride combinant ventilation naturelle et mécanique, des protections solaires aux fenêtres et l’isolation extérieure de la façade pour un confort thermique idéal, un système de chauffage efficace et une annexe de 15 m²", liste Sabine Pauquay. De quoi augmenter et optimiser la superficie habitable comme le confort (apport en lumière naturelle et en air de qualité) et réaliser des économies d’énergie. Le tout dans le respect le plus strict de l’environnement.

Durable et sain, l’habitat ancien ?

Une solution reproductible

Coût de l’opération, au terme de 7 mois de travaux ? 1078 euros/m², ce qui correspond au cadre budgétaire des sociétés de logements sociaux bruxelloises pour la rénovation : 1119 euros/m². Inaugurée la semaine passée, la maison RenovActive belge sera ouverte aux visites de professionnels désireux d’y piocher des idées pendant un an. Elle sera ensuite occupée par une famille.

Le résultat n’a en tous les cas pas manqué d’inspirer le Foyer anderlechtois, qui a décidé de rénover, d’ici juin 2018, 86 maisons sur ce modèle au sein de la cité Bon Air, avant de s’attaquer à celle de La Roue, voisine. "La maison RenovActive est destinée à devenir une solution reproductible, tant sur le plan financier que technique, conclut Sabine Pauquay. Le concept peut être transposé dans son intégralité, mais, chaque bâtiment étant différent, il est possible d’en sélectionner des éléments indépendants."

Lexique