Église à vendre

Église à vendre

Écrit par Corine Loockx le 5 décembre 2019

Comment l’immobilier religieux se voit attribuer une nouvelle jeunesse

Il n’aura échappé à personne que les églises du pays se vident peu à peu de leurs fidèles. La foi catholique est en effet en sérieuse perte de vitesse en Belgique, ce qui n’est pas sans conséquence. Entretenir de grands édifices religieux pour une poignée de fidèles présents à l’eucharistie se révèle peu rentable pour l’Église, qui n’hésite donc plus à mettre en vente certaines de ses bâtisses et à ouvrir la porte aux projets de reconversion. Quels sont ces projets ? En voici quelques exemples dans notre Royaume…

Église à vendre

Église Saint-Anne de Gand

L’Église Saint-Anne de Gand, ou Sint-Annakerk en néerlandais, est sans nul doute l’exemple le plus célèbre d’église vendue sur le marché privé. La vente de cet édifice pour le moins exceptionnel ne s’est toutefois pas déroulée sans accroc (nous devrions même dire « se déroule », tant le processus est fastidieux). Dessinée en 1851 par Louis Roelandt et bâtie quelques années plus tard par Jacques Van Hoecke dans une forme plus épurée, l’église Saint-Anne (quelque 4 500 m² de surface, tout de même !) fut déclarée monument protégé en 1980 avant d’être proposée à la vente fin avril 2019.

Et c’est ici que les choses se corsent. Bien que la valeur de l’église fut estimée entre 1 et 1,2 million d’euros, un contrat fut passé avec l’entreprise Delhaize pour la modique somme de 500 000 €. L’objectif ? Transformer cette église gantoise en supermarché, alors que les premières rumeurs de réaffectation faisaient état d’un éventuel centre culturel, éducatif ou social. Il n’en est donc rien, ce qui explique sans nul doute l’opposition des Gantois à ce projet. SOS‑Sint‑Anna, un groupe d’action local, a même été fondé en guise de protestation.

Le géant Delhaize a entre-temps décidé de revoir ses projets pour le site. Selon Eva Van Waes, Expansion Director au sein de l’entreprise, la nef centrale de l’édifice religieux sera transformée en « halle de marché à l’ambiance authentique » tandis que le chœur accueillera un nouveau restaurant. Un bar à vin sera également installé au niveau de l’orgue, situé à l’avant de l’église. À l’heure actuelle, personne ne sait toutefois si la vente de Saint-Anne sera scellée et si les projets de la marque au lion verront bel et bien le jour.

Église Saint-Jacques de Namur

Édifice historique du centre-ville de Namur, l’Église Saint-Jacques fut bâtie au XVIIIe siècle dans le style classique. L’histoire du site remonte toutefois à 1406, lorsque s’y établit l’hospice Saint-Jacques accueillant malades, soldats blessés et pèlerins en route vers Compostelle. En 1755, les « frères de la miséricorde » reprirent la direction de l’hospice et décidèrent, deux ans plus tard, de reconstruire l’église attenante à l’hospice, lui conférant ainsi l’apparence que nous connaissons actuellement.

Désacralisé puis mis en location par une agence immobilière, l’édifice religieux namurois accueille dès mars 2015 le magasin de vêtements Scotch & Soda. Le problème ? Le succès n’est pas au rendez‑vous pour la marque. L’absence de vitrine et un loyer mensuel particulièrement élevé (près de 15 000 € tout de même !) ne permettent pas de rentabiliser le lieu. Les personnes à pousser les portes du « magasin » sont nombreuses, certes, mais se résument principalement à de simples curieux, à des touristes ou à des pèlerins, l’église étant toujours l’une des étapes reconnues du pèlerinage.

Après une brève occupation par la marque de prêt-à-porter America Today, qui ne récolta guère plus de succès que son prédécesseur, l’église Saint-Jacques est désertée début 2019 pour une période de quelques mois. Depuis octobre, la bâtisse accueille cependant un nouveau locataire : la marque d’ameublement Flamant, qui espère s’y installer durablement après une occupation de trois mois sous forme de pop-up store. Le Seigneur aurait-il trouvé son nouveau colocataire de longue durée ? Réponse au prochain épisode…

Église Martin’s Patershof de Malines

Située au cœur de la ville de Malines, l’Église Martin’s Patershof abrite aujourd’hui un magnifique hôtel de charme. L’histoire du lieu remonte à 1231, lorsque l’ordre des Frères mineurs s’installe dans la petite ville située à mi-chemin entre Bruxelles et Anvers. Chassé de Malines par les révolutionnaires français à la fin du XVIIIe siècle, l’ordre franciscain revient ensuite s’y installer et y bâtit un cloître de style néogothique sous la direction de l’architecte anversois Paul Stoop.

Après plusieurs vagues de travaux de rénovation au fils des ans, les Frères mineurs décident pour finir de mettre en vente l’église à la fin des années 1990. L’édifice est alors converti en complexe résidentiel avec jardins par un promoteur immobilier. Ce n’est qu’en 2006 que le groupe Martin’s Hotels introduit une demande de permis pour transformer l’ancienne bâtisse en hôtel de charme. Cet « hôtel‑église » ouvre ses portes en juin 2009 après trois ans de travaux, et permet depuis de séjourner dans un cadre exceptionnel.

Église à vendre : une offre pour vous ?

Vous souhaitez investir dans une église pour donner vie à l’un de vos projets immobiliers ? Vous ne devriez pas avoir trop de mal à trouver la perle rare, compte tenu du nombre toujours croissant d’édifices religieux proposés aujourd’hui sur le marché. Outre les exemples cités ci-dessus, des églises furent également proposées à la vente dans les villages de Binche (Hainaut), Bressoux (Liège), Muizen (Anvers) ou encore Malem (Flandre-Orientale).

Lexique