Fleurus, picture by Jean-Pol Grandmont.

Fleurus

Écrit par Stephan Debusschere le 2 mars 2016

Toujours très compétitif

Si le Hainaut oriental suscite la convoitise de candidats acquéreurs en provenance de Bruxelles, du Brabant wallon et du Namurois, c’est a fortiori le cas de communes toutes proches comme Fleurus, qui affiche des prix toujours très compétitifs. 

Pour qu’un candidat acquéreur en provenance de Bruxelles, du Brabant wallon ou de la région namuroise achète un bien dans le Hainaut oriental, trois conditions doivent être réunies, à commencer par le prix. Il s’agit en général de personnes qui veulent avoir accès à la propriété mais qui ne disposent pas des moyens nécessaires pour acquérir un bien dans leur environnement, ou qui ne souhaitent pas acheter un bien dont le prix ne correspond pas à sa valeur vénale, le prix étant fortement influencé par la localisation du bien. Voilà une bonne raison de s'orienter vers des régions moins onéreuses, comme c’est le cas à Fleurus dans la zone nord de Charleroi ou, dit autrement, au sud de Nivelles

Mais si le prix est une condition nécessaire, ce n’est pas une condition suffisante. La proximité des grands axes routiers et ferroviaires, les facilités de mobilité, la qualité de vie offerte dans les zones concernées et une plus grande surface d’habitation sont des critères tout aussi déterminants, tout comme la distance qu’il faudra parcourir pour rejoindre son lieu de travail. Et en matière d’éloignement, la limite psychologique communément admise se chiffre à quelque 45 minutes. En considérant cette limite, la commune verte de Fleurus s’avère a fortiori très intéressante pour ces candidats. Pour quelques kilomètres de plus, ceux-ci trouvent des biens de qualité dans des environnements champêtres, et pour des prix bien entendu moins élevés. 

Fleurus, picture by Jean-Pol Grandmont.

Moins cher qu’à Pont-à-Celles

Avec quelques dizaines de maisons et appartements à vendre, le marché immobilier de Fleurus, commune composée de sept villages – Brye, Heppignies, Lambusart, Saint-Amand, Wagnelée, Wanfercée-Baulet et Wangenies – présente une offre relativement importante. Si le prix moyen d’une maison en Wallonie orientale est de 135 500 euros, soit une augmentation de 3,8% en 2015, celui des maisons dans la commune de Fleurus est supérieur et fixé à 150 000 euros, soit une augmentation de quelque 8 %, mais il reste néanmoins très compétitif. Les maisons y sont, en effet, sensiblement moins chères que dans des communes voisines comme Pont-à-Celles et Les Bons Villers.

Si le type de biens le plus demandé semble être la maison 4 façades, située dans un environnement campagnard permettant aux futurs occupants de jouir d’une quiétude et d’une qualité de vie adaptée à leurs souhaits, il ne s’agit pas nécessairement du type de bien le plus recherché, car les candidats réorientent souvent leur recherche, passant de la villa 4 façades à rénover des années 1970-80 – plus énergivore et coûteuse à l’entretien – à la maison mitoyenne qui offre de grands volumes ne nécessitant qu'un léger rafraîchissement. En finalité, le bien le plus acheté dans le cadre d’une famille semble être la maison 2 ou 3 façades en bon état qui dispose de 3 chambres, d’un jardin et éventuellement d’un garage, et qui peut surtout offrir la possibilité d’une réduction des droits d'enregistrement à 6 %.

Logic Repères

Maison mitoyenne : 150 000 euros
Appartement : 116 000 euros

Lexique