tendances immobilières

Focus sur les tendances immobilières en Belgique

Écrit par Renaud Chaudoir le 21 octobre 2014

Que peut-on dire de l’évolution de notre marché immobilier ?

Le secteur immobilier reste relativement cher en Belgique, c’est indéniable. Les prix continuent d’augmenter et les candidats-acquéreurs doivent souvent épargner plus pour réaliser leur rêve immobilier. Néanmoins, l’optimisme est de mise : l’économie se redresse petit à petit et les familles espèrent une amélioration de leurs finances. Découvrez les tendances immobilières !

tendances immobilières

Tendance générale haussière du secteur de l’immobilier

Globalement, les prix de l’immobilier belge ont doublé depuis le milieu des années 90. Néanmoins, les prix de l’immobilier résidentiel réels ont stagné en 2012 pour la deuxième année consécutive, avant d’augmenter à nouveau en 2013. Il faut toutefois préciser que l’augmentation est plus lente qu’auparavant. Ainsi, durant le troisième trimestre de 2013, les prix pour les maisons, villas et appartements ont grimpé, de respectivement 1,79%, 2,86% et 2,56%.

Fossé entre les terrains flamands et wallons

Attardons-nous un instant sur le prix des terrains à bâtir. Pendant le troisième trimestre 2013, ceux-ci ont augmenté de 0,72% en comparaison avec la même période en 2012. On constate que les terrains séduisants et bien situés restent convoités. En Flandre, la disponibilité des terrains est clairement limitée. Du coup, il faut payer en moyenne 175 EUR/m², ce qui est plus du triple du prix d’un terrain en Wallonie où l’offre disponible est plus grande.

Tendances immobilières : disparité entre communes

La différence de prix entre les régions de notre pays est moins nette pour les maisons et appartements déjà construits. L’offre sur le marché secondaire en Wallonie est entre 20% et 30% meilleur marché qu’en Flandre. En outre, les différences de prix sont assez marquées entre les communes. A Ixelles, la commune la plus chère, une habitation moyenne coûte environ 560.000 euros. C’est 6 fois plus qu’une habitation dans la commune la moins chère, Quaregnon. Knokke-Heist remporte la palme des appartements et villas les plus chers.

Évolution du profil des primo-acquéreurs

De manière générale, on remarque une baisse significative du nombre de demandes de crédit. De plus, l’âge moyen des primo-acquéreurs augmente. Ceux-ci restent plus longtemps locataires, étant donné la hausse des prix et les conditions plus strictes d’octroi de crédit. Rester locataire plus longtemps n’est pas forcément signe d’appauvrissement, car le loyer est bien souvent inférieur à la mensualité de remboursement de crédit qu’il faudrait payer pour acquérir le même type de biens.

 

Lexique