Gembloux, picture by Jean-Pol Grandmont.

Gembloux

Écrit par Stephan Debusschere le 5 juillet 2018

Moins de neuf à l’avenir

A Gembloux, si les prix sont soutenus grâce à la situation géographique de la commune et la présence de la deuxième gare de Wallonie, ils semblent plus stables que d’autres communes de la périphérie nord de Namur.

Gembloux, picture by Jean-Pol Grandmont.A l’extrémité nord de la Province, les communes situées autour des grands axes comme la E411, ont sans surprise toujours autant de succès. Ces communes présentent en conséquence les prix moyens les plus élevés de la province. Gembloux occupe à ce titre une place de choix, à proximité de la E411 et de la N4, et à mi-chemin entre Louvain-la-Neuve et Namur. A l’instar de La Bruyère, Namur, Gesves, Profondeville, Assesse et Éghezée, la commune de Gembloux fait donc partie de ces communes de la Province au sein desquelles il faut débourser le plus pour acquérir une maison, un appartement ou un terrain.

Sur le segment de la maison de rangée, ce n’est néanmoins pas Gembloux qui affiche le prix moyen le plus élevé de la Province, mais Eghesée. Le prix médian d’une maison à Gembloux s’élève pour sa part à 215 000 euros, devant Namur mais encore loin derrière La Bruyère et Eghesée, qui plafonne à 250 000 euros. Les maisons à Gembloux n’ont cependant pas réellement progressé durant l’année éoulée contrairement à celles de La Bruyère, Eghezée ou encore Fernelmont, en raison de leur proximité immédiate avec le Brabant wallon. La hausse du prix médian des maisons à Gembloux, chiffrée à 2%, correspond en réalité plus ou moins à l’inflation de 2017. 

Terrain et villa au top

Pour acheter une maison 4 façade ou une villa, la commune de Gembloux figure également parmi le haut du classement de la Province, à égalité cette fois avec La Bruyère, mais devant Namur, Éghezée ou encore Profondeville. En 2017, le prix moyen d’une villa y était de 265 000 euros.

Et du côté des terrains à bâtir, le prix moyen a gonflé de 47%, sous la pression des promoteurs. Il atteint ainsi 110 euros/m2, contre 87 à Eghezée. Le prix du foncier à Gembloux est également supérieur d’un peu plus de 10% à celui de Namur (98 euros/m2).

Moins de neuf à l’avenir

Si le prix médian d’un appartement de seconde main, fixé à 191 500 euros en 2017 fait partie du classement de tête au niveau de la Province, la situation est néanmoins différente du côté des appartements neufs. A Gembloux, le prix moyen est de 2400 euros, c’est-à-dire inférieur à celui de Namur qui affiche un prix moyen de 2700 euros, avec des pointes à 4000 euros/m2 en bord de Meuse. Si les projets se vendent donc aisément à Gembloux, cela ne signifie pas pour autant qu’ils seront légion à l’avenir.

Le marché du neuf a en effet tendance à s’y essouffler quelque peu, parce qu’il souffre d’une volonté politique de mettre en quelque sorte au placard la plupart des projets d’envergure, faute de pouvoir financièrement assurer le suivi en matière d’équipements communautaires, comme des écoles, des crèches, des espaces sportifs et culturels. Les prix de ces appartements neufs y sont néanmoins stables pour l’instant, après avoir nettement augmenté ces dernières années, avec une augmentation de 4,5% sur un an et de 15,5% sur quatre ans. Et ils intéressent évidemment aussi les candidats acquéreurs du Brabant wallon voisin, où les prix du neuf sont toujours nettement plus élevés.

Déplacement géographique

Parce que la commune de Gembloux semble ne pas vouloir être dépassée par la hausse de sa population, elle ne devrait donc pas suivre l’évolution de Namur, qui se lance pour sa part dans de nombreux projets neufs d’envergure pour absorber sa nette croissance démographique. La moitié de l’offre en appartements se concentre d’ailleurs dans la capitale wallonne.

On observe en effet que Gembloux ne centralise désormais plus toute l’offre d’immobilier neuf, qui se déplace en conséquence notamment à Sombreffe, avec des projets comme la résidence Debussy, mais à Eghezée aussi, avec la résidence Face aux écoles, ou encore à Fernelmont : de quoi entrevoir des prix moins élevés que sur l’axe Bruxelles-Namur, ce qui devrait fortement intéresser les investisseurs. Car même dans cette province verte, le retour à la « ville » se confirme du côté de la demande. L’offre en appartements neufs à proximité de commerces, services et écoles y est en conséquence en plein essor, avec pour corollaire l’essor du marché locatif.

Une activité soutenue

A Gembloux, comme c’est le cas sur l’ensemble de la Province de Namur, l’activité immobilière reste soutenue. Il y a cependant lieu de souligner que la durée des transactions immobilières s’avère plus longue, et ce, depuis plusieurs mois. Les délais de mise en vente ainsi que les délais pour obtenir un crédit hypothécaire ont une forte propension à augmenter, tout comme les négociations entre les parties concernées s’intensifient, notamment au niveau des problèmes urbanistiques qui peuvent être rencontrés.

Gembloux 2020 

La ville de Gembloux s’intéresse de près aux enjeux énergétiques, climatiques, environnementaux et de développement durable. Pour mieux répondre aux besoins de ses habitants, la ville a lancé le site web www.gembloux2020.be, un site interactif qui permet aux citoyens de donner leur avis sur l’avenir de leur commune. Ce projet porte sur une série de thèmes tels que les investissements, la sécurité, ou encore la vie familiale, sans oublier un large chapitre destiné au développement durable. 

Depuis une décennie, la ville de Gembloux participe par ailleurs au projet « Communes Energ-Ethiques ». Les objectifs de ce plan sont multiples : réalisation d’un cadastre énergétique dans la commune, amélioration des performances énergétiques des bâtiments communaux et actions de sensibilisation ciblées vers le personnel communal et la population. 

Repères

Maison 2 façades : 215 000 euros

Maison 4 façades : 265 000 euros

Appartement : 191 500 euros

Appartement neuf : 2400 euros/m2

Lexique