Qu’est-ce qu’un habitat kangourou?

Habitat kangourou

Écrit par Renaud Chaudoir le 24 juin 2019

Quel est ce concept d’habitation et à quels aspects être attentif ?

Les habitats kangourou sont des habitations qui offrent la possibilité aux personnes âgées ou démunies de garder le plus longtemps possible leur indépendance. Bien souvent, ces personnes déménagent dans la maison de leur enfant, qui se divise en plusieurs parties communes et en espaces indépendants, avec une infrastructure adaptée. Ces dernières années, ce type d’habitation a réellement le vent en poupe, mais les règles administratives et fiscales qui l’entourent ne sont pas une mince affaire. Un petit mot d’explication…

Qu’est-ce qu’un habitat kangourou?

L’habitat kangourou et le logement intergénérationnel

Officiellement, on peut parler d’habitat kangourou lorsqu’au sein d’une habitation, un logement de plus petite taille est aménagé pour maximum deux personnes âgées ou démunies. Ce logement ne peut pas dépasser un tiers de la surface totale de l’habitation.

Vous aurez compris que les maisons kangourou portent ce nom par analogie à la poche du marsupial, qui sert de protection pour ses petits. En revanche, dans le cas des maisons, ce sont les plus âgés qui se glissent dans la « poche » des plus jeunes.

À quoi ressemble une maison kangourou ?

Contrairement à une habitation plurifamiliale, où chaque famille dispose de son propre logement sans connexion avec les autres, les maisons kangourou disposent tout de même de quelques espaces communs. En ce qui concerne l’agencement de l’habitation et les parties que vous souhaitez partager, la décision vous revient entièrement. Que vous optiez pour une cuisine et/ou une véranda commune(s), cela vous regarde.

En théorie, une maison kangourou est une habitation existante qui a subi des travaux pour être divisée en deux logements, mais il est tout à fait imaginable de construire immédiatement une habitation dans cette optique. Un logement loué peut également devenir un habitat kangourou, à condition que la disposition des pièces s’y prête et que le propriétaire ait donné son consentement.

Que dit la juridiction ?

Si, en Flandre, un décret est entré en vigueur en 2012 afin de fixer les conditions liées aux maisons kangourou, les choses sont beaucoup moins claires en Wallonie et à Bruxelles. Plusieurs facteurs freinent en effet la mise en place d’un tel logement : l’institution communale qui délivre rarement le permis autorisant les travaux nécessaires, l’augmentation du revenu cadastral, le problème liés au statut, etc. De plus, les habitants ne sont pas considérés comme faisant partie de la même famille sur le plan fiscal, ce qui a une conséquence néfaste sur les prestations sociales, telles que les allocations d’étude ou les allocations de chômage.

Devenir copropriétaire, un statut complexe

Dans le cas où les personnes âgées de l’habitation kangourou souhaitent apporter une contribution financière, la situation se complique quelque peu, car l’ensemble de la bâtisse ne peut avoir qu’un seul et même propriétaire. Il est certes possible d’instaurer un statut de copropriétaire pour les aînés, mais cela engendrerait une situation complexe au moment de déclarer le prêt hypothécaire aux impôts. Et pour les droits de succession, la situation se complique encore un plus, surtout s’il y a plusieurs enfants.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez alors notre article « La maison kangourou : un concept à prendre au bond ? ».

Lexique