Immo Hainaut

Écrit par Renaud Chaudoir le 13 septembre 2012

Zoom sur le borinage

A l’image de l’ensemble de la Province du Hainaut, l’immobilier dans le Borinage se caractérise par une grande variation de prix au sein des douze entités qui le composent, avec des hauts et des bas. Des prix qui restent néanmoins les plus attractifs de l’arrondissement de Mons.   Sans surprise, ce sont les biens les plus proches des axes majeurs de communication qui sont les plus prisés.  Tour d’horizon de l’immobilier dans la province du Hainaut.

Jurbise et Lens en tête


Jurbise et Lens, les communes les plus au nord et donc plus proches de Bruxelles apparaissent stratégiquement les mieux placées.  Ces deux communes affichent les prix immobiliers les plus élevés – avec pour exception Honnelles qui jouit de sa situation frontalière et qui a enregistré la plus belle progression sur le segment des maisons mitoyennes.
L’immobilier à Jurbise a même pris une solide longueur d’avance sur sa voisine en affichant une progression de plus de 20% courant 2011 sur le segment des maisons mitoyennes, avec un nouveau prix de référence de 250.000 euros, alors qu’on a constaté le mouvement inverse à Lens qui enregistre un recul de 10% sur la même période, ramenant le prix de référence à 180 .000 euros, revenant ainsi quasi à son niveau de 2009 qui avait affiché alors une progression de 13%.
Sur le segment des villas, c’est néanmoins Lens qui reste le plus en équilibre, tandis que Jurbise a enregistré une baisse de quelque 11% en 2011, ramenant le pris de référence de ce segment à 255.000 euros (240.000 euros à Lens). Lens est la commune présentant la plus faible densité de population du Borinage. A la fois plus rurale et plus résidentielle, la commune accueille des ménages au statut socio-économique plus élevé que la moyenne régionale, comme c’est le cas également à Jurbise.

Saint-Ghislain le challenger

La commune de Saint-Ghislain, au sud de Jurbise, présente une population plus aisée.  L’immobilier à Saint-Ghislain vient en troisième place avec un prix moyen de 175.000 euros pour ses maisons, suite à un bond de quelque 15% courant 2011. Notons que le marché des appartements y a considérablement pris de l’ampleur, avec un prix de référence de 170.000 euros, suite à une hausse de 15% venue compenser le recul encaissé en 2010 (150.000 euros).

Hensies l’atypique

Moins bourgeoise que Jurbise, moins pittoresque que Honnelles, mais plus aérée que les autres communes boraines, Hensies occupe une place un peu à part sur la carte. Avec un prix de référence de 138.000 euros pour ses maisons, sa cote immobilière a grimpé tout au long des années précédentes, excepté 2009.  Si Hensies se hisse peu à peu au niveau de la moyenne de l’arrondissement, c’est sans doute grâce à sa qualité environnementale qu’on peut qualifier de semi-rurale, et sa bonne gestion publique, dont le développement d’infrastructures. L’immobilier à Hensies se porte donc plutôt bien et on voit même pousser les premiers immeubles à appartements au détour des routes de campagne. La politique foncière de la commune a favorisé aussi son marché, en vendant des terrains permettant la création de zones résidentielles. Les lotissements créés y ont attiré de nouveaux habitants venus de tout le Borinage, à défaut des Français qui lui préfèrent la région de Tournai.
 


 

 

 

Lexique