Immobilier à Liège

Écrit par Renaud Chaudoir le 16 octobre 2012

Que cache la hausse des prix?

L’augmentation des prix de 7% en 2011 masque une évolution très contrastée du marché immobilier à Liège. Ainsi certains biens bénéficient d’une hausse très importante. C’est le cas des maisons en ville, dans un quartier agréable, nécessitant peu de rénovation et à un prix abordable. D’autres types de maisons ont, à l’inverse, connu une augmentation très faible, voire une diminution.

Par exemple, les grandes maisons énergivores éloignées du centre ville. Le rapport des notaires souligne ainsi un nouvel argument qui prévaut en matière d’immobilier: les performances énergétiques. Avec l’augmentation du prix de l’énergie, les candidats acquéreurs songent également à la facture énergétique du bien. C’est pourquoi les nouvelles constructions trouvent très facilement acquéreurs à Liège, de même que les maisons mitoyennes ou les appartements, plus économes en énergie.

La raison l’emporte sur le « coup de cœur »

Avec une moyenne de 130.000 à 140.000 euros, les prix de l’immobilier à Liège restent très bas. Ceci attire les jeunes ménages, qui bénéficient de plus en plus de crédits à une durée de 30 ans. On constate également de plus en plus d’investisseurs qui, déçus par la bourse, investissent dans l’immobilier à Liège, qui plus est dans l’immobilier neuf. Si le public des acheteurs est contrasté, les notaires s’accordent pour dire que les acquéreurs achètent aujourd’hui en connaissance de cause. Fini l’achat « coup de cœur », l’acquéreur ose se montrer regardant et choisir un bien « porteur ».

La vogue des studios et appartements

De 2010 à 2011, les appartements ont connu une belle évolution de 5,1%, le prix moyen passant ainsi de 126.474 à 132.919 euros. À l’inverse, le prix des villas et grosses maisons est en baisse. La cause de cet écart important entre les appartements et les villas est simple : les acheteurs sont bien souvent des personnes d’un certain âge qui n’ont plus l’énergie de s’occuper de leur grande maison et préfèrent revendre celle-ci pour s’installer dans un appartement. Si les plus âgés occupent le marché des appartement, les parents des futurs étudiants investissent quant à eux dans un studio. Ces biens à un prix abordable ont des charges moins importantes que les appartements et permettent aux parents de réaliser un bon placement en attendant d’en faire profiter leurs enfants.

L’immobilier à Liège en 2012: à quel bilan s’attendre?

Le marché immobilier à Liège s’est révélé plus calme au début de l’année 2012. Après la flambée des prix en 2010, le marché immobilier de la Cité ardente s’est peu à peu calmé. Le rapport des notaires publié en février 2012 annonce une année très calme, en raison de la disparition de nombreux incitants fiscaux en matière d’immobilier, d’énergie et de crédits hypothécaires. Cependant, l’absence de taxation directe, les dispositions en matière de précompte immobilier et, surtout, les taux d’intérêts très bas permettent d’envisager un bilan positif pour l’année 2012.

 

Lexique