l’Etat grignote votre patrimoine à toutes ses sauces

Immobilier : l’Etat grignote votre patrimoine à toutes ses sauces

Écrit par Charles Markowicz le 19 mai 2017

L’adage est connu, le Belge a une brique dans le ventre : nombreux sont nos concitoyens qui possèdent au moins une habitation. Tout propriétaire immobilier est aussi un contribuable vénéré par l’Etat qui ne se prive pas pour grignoter chaque année sa part, que le patrimoine grandisse ou non. Chaque bien immobilier peut subir quatre niveaux de taxation.

C'est lorsque vous achetez un bien immobilier que l'État vous demande une première contribution, à savoir les droits d'enregistrement. Cette imposition étant régionalisée, les taux varient selon l'endroit où vous achetez : 10 % en Flandre, 12,5 % à Bruxelles et en Wallonie. Chaque région applique, en outre, des régimes spécifiques. Par exemple, si vous possédez plus de trois habitations et que vous résidez en Wallonie, le taux passera à 15 % tandis qu'à Bruxelles la première tranche de 175.000 € est exonérée depuis le 1er janvier 2017.

l’Etat grignote votre patrimoine à toutes ses sauces

Ensuite et chaque année, l'Etat vous demande de payer le précompte immobilier. Ce deuxième prélèvement bénéficie principalement à la commune où le bien est situé. Il est basé sur le revenu cadastral, supposé correspondre à la valeur locative du bien. Initialement évalué en 1975 ou lors de la construction ou grosse rénovation du bien, le revenu cadastral est indexé chaque année, ce qui augmente de fait la taxation de votre bien immobilier. 

Louez-vous votre bien à des personnes qui l’occupent exclusivement en privé ? Vous serez alors taxés sur base du revenu cadastral revalorisé majoré d'un forfait de 40 %. Ce montant, après déduction des frais admissibles, notamment les intérêts bancaires, s'ajoutera à vos autres revenus et le taux de taxation en dépendra. À partir de 38.080 €, votre contribution à l'État est de 50 %. Si les locataires utilisent le bien à des fins professionnelles, le propriétaire est généralement plus lourdement taxé.

Enfin, le propriétaire qui revend un immeuble bâti moins de cinq ans après l'avoir acheté  doit payer 16,5 % de son bénéfice que certaines règles déterminent.

L’immobilier a la réputation de protéger le patrimoine des propriétaires et de leur assurer une rentabilité. Néanmoins l’Etat vous mange à ses sauces : intégrez donc les paramètres fiscaux pour calculer la rentabilité de votre immeuble. 

Lexique