Investir dans l’immobilier: de plus en plus populaire

Écrit par Renaud Chaudoir le 25 octobre 2012

La valeur de notre capital immobilier a doublé en dix ans

La valeur du capital immobilier des Belges a largement doublé en 10 ans, passant ainsi de 440 à 1.066 milliard d’euros, selon les chiffres de la Banque Nationale. L’immobilier prend ainsi une part croissante dans la richesse des Belges, une tendance qui se fait sentir depuis le début des années 2000.

Pourquoi la valeur de notre capital immobilier augmente-t-elle?

Le premier facteur qui explique cet énorme accroissement des actifs immobiliers est l’accroissement du nombre de maisons et appartements résidentiels, rendu nécessaire par l’augmentation de la population. De plus, le prix de l’immobilier s’est mis au tempo et a grimpé rapidement.

 

En outre, les taux d’intérêt sont pour le moment extrêmement bas et on ne voit pas encore la fin de la crise financière, ce qui fait qu’investir dans l’immobilier est aujourd’hui un placement très séduisant pour les Belges. À cela s’ajoutent les avantages fiscaux, par exemple la réduction des droits d’enregistrement.

Investir dans l’immobilier avec des fonds propres

C’est une tendance notable : les Belges engagent de plus en plus de moyens pour investir dans l’immobilier. Environ 60% du prix d’achat d’une maison est remboursé via un emprunt hypothécaire, tandis qu’il y a quelques années encore l’emprunt remboursait 80% du prix.

5 conseils pour investir soi-même dans l’immobilier  

  • Assurez-vous que vous investissez dans un bien immobilier bien situé. On parle souvent de la règle des 3 S : situation, situation et encore situation.

 

  • Ne placez pas tout votre capital dans l’immobilier : investissez-y maximum 15%. Vous limitez ainsi les risques.

 

  • Prenez en compte le fait que les préférences des locataires et des investisseurs peuvent changer. Pour le moment, on remarque que les jeunes familles choisissent un appartement plutôt qu’une maison avec un grand jardin.

 

  • Soyez attentif à la différence entre le revenu locatif brut et net. N’oubliez pas de prendre en compte le revenu cadastral, les centimes additionnels et les frais de rénovation.

 

  • Gardez un œil sur les projets immobilier de grande envergure. Le promoteur laisse souvent partir les derniers biens à un bon prix et vous pourrez sûrement réaliser une bonne affaire!

 

Lexique