Indice Trevi

Les investisseurs se disputent Bruxelles

Écrit par Masquelier Frédérique le 8 janvier 2015

Indice Trévi - marché immobilier hyper-stable en 2014

En 2014, le marché immobilier belge aura une fois de plus brillé par sa stabilité légendaire.

APRÈS L’INCERTITUDE du 2e trimestre de l’année 2014, qui a vu l’indice établi par le réseau belge d’agences immobilières Trevi chuter dangereusement, il semble que l’équilibre du marché immobilier belge soit à nouveau rétabli. Au grand soulagement d’Eric Verlinden, administrateur délégué du groupe, qui avance d’emblée que la "sérénité n’a pas de prix", tout en remerciant (sic) la brique pour sa stabilité à toute épreuve.

Indice Trevi

Et de fait : au 4e trimestre de l’année 2013, l’indice Trevi culminait à 109,74, tandis qu’à pareille époque en 2014, il a remonté la pente creusée plus tôt dans l’année jusqu’à atteindre 109,40. "Certes, la hausse reste modérée, nuance Eric Verlinden, mais nous ne pouvons pas cacher notre satisfaction de considérer qu’elle se soit amplifiée depuis le trimestre précédent." Trimestre où l’indice Trevi pointait à 108,70. De quoi pousser le patron du réseau d’agences à se féliciter d’avoir vu juste, "les prévisions établies l’année passée [s’étant] révélées très proches de la réalité, alors que les discours de bon nombre d’économistes de tout bord racontaient bien d’autres histoires". C’est-à-dire ? "Nous avions indiqué attendre avec intérêt le résultat du 4e trimestre afin de nous conforter dans l’analyse positive que nous avions livrée fin septembre, précise-t-il. C’est chose faite : la baisse plus marquée du 2e trimestre n’était que passagère et les marchés ont retrouvé leur sérénité." Résultat ? "L’année 2014 a été d’un bon cru, sans se révéler exceptionnelle, ajoute-t-il. Elle a été marquée par une constance dans les prix et une remarquable stabilité de la demande, bien aidée par un niveau de taux d’intérêt historiquement bas et une épargne importante."

Des atouts que le patron du groupe Trevi attribue à ce qui fait l’essence même de la brique belge : sa qualité d’"arme redoutable contre la spéculation". Plus que jamais en 2014, la détermination du prix de vente des biens a joué un rôle décisif dans la rapidité de conclusion des transactions. Seuls les biens dont le prix est évalué avec justesse trouveront acquéreur; et rapidement de surcroît, la durée moyenne de vente se situant aux alentours de trois semaines. Les autres, dont les gourmands propriétaires attendent plus de 10 % de plus que la valeur objective, devront patienter quelque 4 mois avant de voir l’affaire conclue… à condition que ces derniers aient revu leurs prétentions à la baisse.

Trois éléments complètent l’analyse des faits marquants de l’année 2014, selon Eric Verlinden : "un basculement toujours plus marqué vers un marché où les petits investisseurs sont déterminants et indispensables; l’absence, pour longtemps encore probablement, de grands acteurs dans le domaine de l’investissement résidentiel; et la capacité des promoteurs à construire sur le foncier encore disponible".

Bruxelles préfigure l’avenir de la Belgique

Le patron de Trevi s’attarde par ailleurs sur le cas de Bruxelles, qui "préfigure ce qui sera la tendance nationale à plus long terme sur l’ensemble des villes belges d’une certaine importance". Ainsi, et alors que le taux moyen de propriétaires-occupants s’élève, sur le territoire belge, à environ 70 %, la capitale se prévaut d’un taux de 50 %. "Nous avançons chaque année dans la direction que nous avions déjà pronostiquée : un marché dans lequel nous tournerons en 2020 à plus ou moins un tiers de propriétaires-occupants", assure Eric Verlinden, les deux tiers restants étant concentrés dans les mains de grands propriétaires privés, de sicafi ou de petits investisseurs particuliers.

Quid de 2015 ? D’après lui, celle-ci sera une "année de transition, active en volume et sans doute entraînant peu de changements au niveau des prix, compte-tenu de l’offre suffisante sur le marché." Son regard se tourne plutôt vers 2016 et 2017, car, "si les ressources foncières devaient continuer à s’amenuiser, nous assisterions à une intéressante remontée des prix offrant de belles perspectives de plus-values aux heureux propriétaires", conclut-il.

Frédérique Masquelier

Lexique