L’habitat des Belges, moins sain qu’il y paraît

L’habitat des Belges, moins sain qu’il y paraît

Écrit par Masquelier Frédérique le 30 avril 2016

Associé à l'université berlinoise Humboldt, le groupe Velux, fabricant de fenêtres de toit, a mené, pour la seconde année consécutive, une vaste étude à l’échelle européenne, sondant quelque 14000 personnes à travers 14 pays. Son objectif ? Comprendre et mesurer l’influence directe de l’habitat des Européens sur leur état de santé en épinglant cinq caractéristiques susceptibles de l’optimiser ou le compromettre (infections du nez et de la gorge, manque d’énergie...) : de bonnes conditions de sommeil, une température intérieure agréable, une quantité suffisante de lumière du jour, de l’air frais et un niveau d’humidité adéquat. Et de compiler l’ensemble des données recueillies en un baromètre de la santé de l’habitat en Europe : le Healthy Homes Barometer, opus 2016.

Confort de vie vs. économies d’énergie

Qu’y apprend-on ? Tout d’abord, que, dans le chef des Européens, la rénovation de leur logement en vue d’en améliorer le confort de vie est aussi importante que la rénovation à des fins d’économie d’énergie. Trois-quarts des sondés affirment ainsi rénover leur bien en priorité pour réduire leur facture énergétique, contre 73 % guidés avant tout par leur bien-être. Dans le détail, à la question de savoir quels sont les facteurs qui orientent le plus le bien-être à la maison, et outre la superficie du bien et son degré d’équipement, la qualité du sommeil s’impose dans le top trois de sept pays européens (Autriche, République tchèque, Danemark, France, Hongrie, Espagne et Suisse), cinq (Belgique, Hongrie, Pays-Bas, Norvège et Pologne) donnent la préférence à la température intérieure et deux (Italie et Pays-Bas) au degré d’humidité. Il est intéressant de souligner que seul un Etat cite les économies d’énergie dans son top trois du bien-être à la maison : la Belgique, et au rang de critère n° 1 qui plus est.

L’habitat des Belges, moins sain qu’il y paraît

Les Belges ne sont pas satisfaits de leur logement

Avec ceci que tous les logements ne souscrivent pas, chez nous, aux critères de bien-être évoqués dans le cadre de l’étude menée par Velux Group et l’université allemande. Près de 29 % des sondés belges le déclarent d’ailleurs ouvertement : ils ne sont pas satisfaits de leur habitation. Pour 73 % d’entre eux, ce sont les mauvaises conditions de sommeil qui posent problème. Un quart incrimine le degré d’humidité de leur intérieur, ayant observé de la condensation sur leurs vitres. Enfin, environ un sur cinq souffre du manque de lumière du jour (18 %), d’une maison trop froide en hiver (16 %) et trop chaude en été (22 %) ou encore de difficulté à aérer aisément son domicile (18 %).

En publiant ce baromètre, "notre but est de faire prendre conscience aux Belges que certains changements d’habitude - ventiler plus leur intérieur, par exemple - ou des efforts d’aménagement de leur habitation peuvent grandement améliorer leur bien-être au quotidien", conclut Christian Fosseur, directeur général de Velux Belgium.

Lexique