L’immobilier belge se stabilise

Écrit par Renaud Chaudoir le 24 avril 2013

Marché de l’immobilier en Belgique

Lorsque l’on observe les prix immobiliers de 2012, et qu’on les compare avec ceux de 2011, on remarque une tendance assez frappante : malgré la baisse du nombre de ventes de maisons et appartements, les prix immobiliers dans les villes du centre continuent à augmenter. Philippe Janssens, expert immobilier chez Stadim, explique : « selon moi, il y a une stabilisation des chiffres du marché de l’immobilier en Belgique. Nous ne pouvons pas nous focaliser sur des chiffres bruts. Le nombre de ventes a globalement baissé, ce qui prouve un environnement plus difficile ».

Les prix immobiliers dans les villes du centre augmentent

En 2012, les prix immobiliers ont augmenté par rapport à 2011, soit une augmentation globale de 2,2 % en Belgique. Les prix des appartements ont, quant à eux, augmenté de 4,7 %. Ce sont des chiffres frappants, qui montrent que la crise n’influence pas le marché de l’immobilier en Belgique. L’augmentation des prix immobiliers est surtout marquée dans les villes du centre. Cette augmentation des prix ne doit pas pour autant être perçue comme négative : « une diminution des prix pourrait faire référence à un appauvrissement collectif », nous dit Mercedes Van Volcem, membre au Parlement flamand pour l’Open VLD et membre du Comité sur la gestion urbaine.  Et celui-ci de souligner qu’on oublie trop souvent d’entamer les discussions sur les habitations abordables.

Marché de l’immobilier en Belgique : diminution des ventes

Si les ventes des appartements et maisons ont augmenté de 3 % en moyenne, dans les villes du centre, ceci ne va pas à l’encontre de la tendance globale : partout en Belgique, la vente a diminué de 6 %. Philippe Janssens nous explique que le marché de l’immobilier est en train de vivre un tournant. En conséquence des nouvelles normes européennes, les banques doivent garder plus de capital qu’elles ne distribuent de crédits hypothécaires. Pour cette raison, elles sont moins enclines à prêter de l’argent aux jeunes starters. Ainsi, les jeunes acheteurs reportent leurs projets immobiliers à plus tard. Les prix immobiliers ne vont donc pas diminuer tout de suite, mais la dynamique du marché va quant à elle changer.

En Wallonie aussi, le marché se stabilise

Lorsque l’on analyse les chiffres immobiliers pour la Wallonie, on remarque la même tendance. Les prix augmentent, et le marché se stabilise. La crise ne touche donc pas la Wallonie à ce niveau. Les prix immobiliers wallons sont toutefois invariablement plus bas que les prix immobiliers flamands.

 

Rappelez-vous, nous avions tenté de cartographier le prix moyen des maisons en Belgique à l’aide d’un relevé infographique

 

Lexique