La Belgique, terre d’accueil pour l’investissement immobilier

Écrit par Renaud Chaudoir le 14 février 2013

Enquête sur l’immobilier en Europe : la Belgique sous un jour positif

En novembre et décembre 2012, le conseiller immobilier CBRE et le bureau de consultance Ernst & Young ont réalisé une grande enquête auprès de 500 agences immobilières au sein de 14 pays d’Europe, parmi lesquels la Belgique. Il ressort de l’enquête que la Belgique s’impose encore et toujours comme une terre d’accueil pour l’investissement immobilier.

Cette vision positive de la Belgique a même augmenté de 11% par rapport à l’année dernière. Namur, Liège et Mons se distinguent particulièrement. Et ce n’est pas tout : la majorité des personnes interrogées sont convaincues que le marché immobilier évoluera de manière positive et que la crise des crédits qui secoue l’Europe ne fera que stimuler un peu plus encore la demande immobilière.

Des investisseurs immobiliers très optimistes

L’enquête a mis en avant le fait que les investisseurs immobiliers se montrent ambitieux et très optimistes pour 2013. Près de 65% des investisseurs attendent une croissance de leur portefeuille. En outre, 80% des personnes interrogées pensent que, en 2013, les chances d’investir dans l’immobilier seront plus nombreuses.

 

Au total, ce sont pas moins de 4,5 milliards d’euros qui pourraient bien être investis dans l’immobilier en Belgique. Environ 40% de cette somme provient d’investisseurs étrangers, Allemands pour la plupart. L’an dernier, le volume d’investissement initialement prévu était de 3,4 milliards d’euros. Mais, au final, ‘seuls’ 1,69 millions d’euros ont été investis dans l’immobilier en Belgique.

Le succès du marché immobilier des bureaux

L’an dernier, le marché immobilier des bureaux ne suscitait que peu d’intérêt parmi les investisseurs immobiliers. Mais il semble bien que cette année marque un revirement de situation ! Sur les 4,5 milliards d’euros prévus pour l’investissement dans l’immobilier, 58% se destineraient au marché immobilier des bureaux, contre 49% l’année passée. Une popularité qui touche surtout le marché de l’immobilier commercial. Cela est dû au grand succès que connaît dernièrement le commerce de détail, auprès des investisseurs tant privés que professionnels. Avec, pour conséquence, une augmentation fulgurante des prix du marché de l’immobilier commercial.

Les facteurs avec un impact négatif

L’enquête pointe également certains facteurs qui pourraient présenter un impact négatif sur les prestations du portefeuille immobilier des investisseurs. Les résultats pointent 3 sources d’inquiétude pour les investisseurs immobiliers : le ralentissement économique, l’insécurité fiscale et le manque de financement. L’insécurité fiscale pourrait en effet ralentir, voire empêcher les transactions immobilières. Une plus grande clarté quant aux aspects fiscaux de l’investissement immobilier pourrait donner une meilleure image de la Belgique auprès des investisseurs immobiliers à l’étranger.

 

Lexique