Le B.A .-BA pour peindre sur du papier peint

Le B.A .-BA pour peindre sur du papier peint

Écrit par Annabelle Duaut le 16 février 2017

Apposer une couche de peinture sur du papier peint peut se révéler être une excellente idée... Comme une catastrophe. Loin d'être simple, la manœuvre exige un minimum de préparation. Choix de la peinture, des ustensiles et précautions tous azimuts, voici les étapes incontournables à respecter.

Faites un état des lieux

Avant tout achat ou projet de peinture, observez la surface à repeindre avec objectivité (tant que faire se peut !). Le papier peint en place est-il foncé ? Si oui, il faudra davantage de couches pour arriver à une teinte claire. Le papier peint est-il en bon état ? Et est-il propre ? Si vous notez des traces de moisissures, d’humidité, vous devrez au préalable les traiter avant de recouvrir le tout. Le papier est-il en velours, en vinyle ? Y-a-t-il des boursouflures ou bien est-il totalement plane ? Tous ces détails qui ont leur importance permettront d’établir la marche à suivre.

Préparez le terrain

Vous l’aurez compris : votre papier peint doit être impeccable si vous souhaitez lui donner une nouvelle vie. Vérifiez donc qu’il soit entièrement propre, sec et lisse, et ce jusque dans les moindres recoins. Pour parvenir à ce résultat, et selon le type de matière devant vous, vous pouvez passer un coup de brosse ou le lessiver à l’aide d’une éponge humide, avant de le sécher avec un chiffon sec. Partez toujours de la plinthe pour remonter vers le haut. Pour chasser la poussière incrustée, l’aspirateur est également un excellent allié ménager. Un soin particulier doit être apporté aux bords des lés et aux raccords. Si des bords sont décollés ou sont sur le point de l’être, recouvrez-les d’un enduit de lissage.

Le B.A .-BA pour peindre sur du papier peint

Soyez généreux en peinture

Pour obtenir un résultat digne d’un professionnel, il faut y mettre les moyens. Et cela passe notamment par la quantité de peinture à répartir sur vos murs. Pour un mur ordinaire, comptez deux couches de peinture, voire trois si le type de papier l’exige. Vous devez prévoir une couche d’apprêt qui permettra de couvrir les éventuels motifs de votre surface et d’unifier votre tapisserie. Privilégiez une peinture de qualité qui puisse bien adhérer à la surface traitée. Par ailleurs, sachez que plus vos sous-couches seront fines, plus elles accrocheront bien au revêtement et plus le résultat durera dans le temps. Si votre peinture est trop épaisse, vous pouvez la diluer avec un peu d’eau. Dernier conseil : respectez le temps de séchage indiqué entre les différentes couches.

Une peinture adaptée

Toutes les peintures ne se valent pas et chacune d’entre elles possède des atouts bien précis. La peinture glycéro contient du white spirit et possède, pour sa part, une très bonne adhérence au papier peint. Son temps de séchage est un peu plus long qu’une peinture à l’eau et elle est recommandée pour les matières lessivables comme le vinyle. Composée d’eau, la peinture acrylique a l’avantage, quant à elle, de bien camoufler les imperfections et de diminuer les reliefs des papiers qui ne sont pas lisses.

Faites un test sur un échantillon

Comme lorsqu’on acquiert une nouvelle teinture pour les cheveux, on teste la marchandise à échelle réduite avant de se lancer dans plus grand ! Parce que vous avez toute une série de paramètres à vérifier, misez sur la prudence et testez votre peinture derrière un meuble ou dans un recoin. Si des cloques apparaissent, ne cédez pas à la panique, elles peuvent tout à fait disparaître lors du séchage. Par contre, si le papier peint se décolle ou déteint sur l’enduit, il ne vous reste qu’une solution : utiliser vos biscottos pour l’arracher. 

Lexique