Le bonus logement en péril en 2014 ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 13 juin 2013

En 2014, le bonus logement devient une compétence régionale

En 2014, le bonus logement fédéral sera tout simplement supprimé. Ainsi, à partir du 1er janvier 2014, le bonus logement ne sera plus entre les mains de l’État belge, mais deviendra une compétence pour la Flandre, Bruxelles et la Wallonie. Chaque Région est ainsi libre de réaliser le bonus à sa manière. Comment les Régions vont-elles accueillir cette nouvelle compétence ? 

Le bonus logement : un avantage fiscal pour une habitation propre

C’est bien connu, les Belges ont une brique dans le ventre. Et cela est dû en partie au fait que nous tirons un avantage fiscal à souscrire un crédit immobilier. Cet avantage fiscal a vu le jour pour encourager les familles belges à acheter leur propre maison. Un grand nombre de familles a ainsi reçu chaque année de l’argent en retour de la part du fisc.

Le bonus logement en péril à partir de 2014

En raison de la crise, un grand nombre de primes immobilières ont été supprimées de l’agenda fédéral. Il en ira malheureusement de même pour le bonus immobilier, qui sera rayé de l’agenda à partir du 1er janvier 2014, devenant ainsi une compétence régionale. Le système qui remplacera la règlementation actuelle n’a pas encore été clairement défini.

 

À Bruxelles et en Wallonie, Charles Picqué et Rudy Demotte ont tenu à rassurer les personnes ayant déjà souscrit un crédit hypothécaire : ils conserveront leur droit au bonus logement. En revanche, pour les nouveaux emprunts, rien n’est moins sûr. En Flandre, le Conseil flamand du Logement déclare d’ores et déjà que la Région flamande ne maintiendra pas le bonus logement dans sa forme actuelle, bien trop onéreuse.

 

Les conséquences de l’insécurité autour du bonus logement sont déjà bien tangibles. Selon des chiffres récents de Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, les banques belges enregistrent, au cours du premier trimestre de 2013, une baisse de 25 % des crédits immobiliers par rapport à l’année précédente. Et, selon toute vraisemblance, ces réticences du candidat bâtisseur et acheteur n’iront pas en s’améliorant, tant que les Régions ne feront pas la lumière sur leurs projets.

Les solutions concernant l’insécurité du bonus logement ?

Que va-t-il se passer concrètement et quelles mesures les Régions vont-elles prendre ? Pour l’instant, cette question demeure sans réponse. Itinera appelle d’ores et déjà à un remplacement du bonus logement par une diminution du taux de TVA pour les nouvelles constructions. Mais cette proposition rencontre bien des oppositions.

 

Une chose est sure : compensation financière ou pas, investir dans l’immobilier n’est jamais perdu. 

 

Lexique