Les étapes pour acheter un bien

Les étapes pour acheter un bien

Écrit par Logic-Immo le 23 mars 2018

Réaliser son premier achat immobilier est loin d’être une étape anodine... et évidente. Si ce cap est l’un des plus passionnants de l’existence, il comporte de nombreux paramètres à prendre en compte. Voici les étapes incontournables pour acquérir votre premier nid douillet.

Les étapes pour acheter un bienCibler le type de bien

Un acheteur n’est pas l’autre : à vous de déterminer quel type de logement vous souhaiteriez acquérir : plutôt une maison ou un appartement ? En ville ou à la campagne ? A rénover ou neuf ? Mitoyen ou quatre façades ? Quelle est votre capacité de remboursement et votre budget maximum ? Une fois toutes ces questions résolues, vous y verrez plus clair dans vos recherches et serez à même de distinguer ce qui vous convient.

Mener les recherches

En passant par les portails des agences immobilières, ceux des notaires ou encore les sites spécialisés, vous pourrez trouver des biens qui correspondent à vos critères ainsi qu’à votre budget. Réalisez autant de visites que possible sur base de photos reçues au préalable. La perle rare ne se trouvant bien souvent pas du premier coup, laissez-vous le temps nécessaire et acceptez d’être démotivé(e) par moment. Vous n’en serez que plus enthousiaste par la suite !

Effectuer les premières visites

Vous avez visité un bien et eu un véritable coup de cœur ? Pas de panique ! Pour être fixé, vous devez procéder de manière méthodique : faites-vous accompagner par des connaissances ayant des notions en immobilier, visitez le logement en question à différents moments de la journée (matin, après-midi, soirée), faites un tour à pied dans le quartier, sonnez à la porte des voisins pour connaître les éventuels points négatifs des alentours, renseignez-vous sur les futurs projets publics ou privés dans les environs…

Formuler une offre d’achat

Le coup de cœur est confirmé et vous frétillez à l’idée de proposer une première offre d’achat. Dans le cadre de votre offre d’achat, assurez-vous qu’elle comporte une clause suspensive, c’est-à-dire qu’en cas de refus du prêt hypothécaire de la part de votre banque, vous ne devrez pas payer de pénalités. Soumettez également une offre « crédible » pour le vendeur : 10 à 15% en dessous du prix affiché, pas plus !

Introduire un dossier de crédit

Une fois votre offre de prix formulée, vous devez introduire un dossier de crédit auprès de votre banque et choisir votre notaire (celui de votre choix, pas nécessairement celui du vendeur) en vue de la signature du compromis de vente. A ce stade, la banque peut également demander une expertise immobilière (coût entre 250 et 300 euros), une étape cruciale pour les anciennes habitations où il pourrait y avoir des problèmes non décelés lors des visites (humidité, infractions urbanistiques, défauts de construction…). En 2018, sachez que certains organismes bancaires prêtent encore les frais de notaire ou la TVA sur un bien neuf. 

Emettez une offre et signez le compromis

Si votre crédit est accepté par la banque, il est temps de réaliser une offre ferme et définitive et de signer le compromis. Votre banque va alors établir une offre de crédit qui sera signée directement à la banque ou chez votre courtier. Dès réception du dossier de crédit, le notaire lance une vaste enquête (urbanistique, fiscale, hypothécaire. Comptez 40 jours de délai pour que le notaire vérifie que la transaction ne présente aucun problème. Bien souvent, la banque demande également le compromis avant accord du crédit. Veillez alors à bien indiquer la clause suspensive.

La signature des actes authentiques

Ces documents (crédit, titre de propriété) sont préparés par le notaire dans un délai légal de 4 mois après la signature du compromis. « Dans le compromis, il est important de rédiger avec soin les parties concernant la remise des clés et la jouissance du bien », prévient Christophe Contrucci, gérant de l’agence CEC Finance à Mons. « Pour diverses raisons, il est possible que, lors de la signature de l’acte, les acheteurs ne reçoivent pas les clés du bien car les anciens propriétaires doivent déménager… Tout ceci doit donc apparaître dans le compromis ! ». Pour la suite, il ne vous reste plus qu’à vous installer dans vos nouveaux murs !

 

Lexique