Les missions du courtier en crédits et assurances

Les missions du courtier en crédits et assurances

Écrit par Stephan Debusschere le 14 avril 2018

Si vous êtes dans une perspective d’achat immobilier, peut-être avez-vous envisagé de passer par l’intermédiaire d’un courtier, que ce soit pour votre crédit hypothécaire ou votre assurance habitation. Une excellente idée car cet intermédiaire peut vous obtenir des taux parfois plus intéressants que ceux de votre banque. Explications.

Un courtier ou une société de courtage est une personne ou une entreprise qui joue le rôle d'intermédiaire entre deux parties : les particuliers et les organismes bancaires. Bien souvent, le courtier intervient dans le cadre d’une opération financière (achat d’un bien immobilier, d’une voiture…). Dans le domaine de l’immobilier, solliciter un courtier en assurances et/ou en crédits hypothécaires peut être utile à plus d’un titre.

Indépendant des banques avec lesquelles il collabore, le courtier a pour mission principale de conseiller ses clients pour que ces derniers puissent prendre les meilleures décisions possibles. Après analyse du dossier, du profil (capacité financière, profil d’épargne…) et des besoins de ses clients, l’agent en courtage est capable d’orienter ceux-ci vers les organismes bancaires les plus adéquats. L’avantage, ici, est de pouvoir bénéficier d’une analyse sur-mesure du marché, selon son profil financier, de conseils adaptés mais aussi d’une série d’offres. A l’inverse, se rendre uniquement chez sa banque pour souscrire un crédit hypothécaire limite le choix des possibles et l’éventualité de bénéficier du taux le plus avantageux.

Pour résumer, le rôle du courtier est donc d’accompagner le client dans toutes les étapes allant de la simulation du prêt hypothécaire à la signature de l’acte.

Les missions du courtier en crédits et assurances

L’intérêt du client d’abord

Chargé de défendre au mieux les intérêts de ses clients, l’agent en courtage doit connaître de manière précise le marché au sein duquel il évolue (tendances, réglementations…), de manière à pouvoir anticiper ses évolutions, expliquer les risques liés à certaines catégories de contrats ou à une décision. Une fois le contrat signé, le courtier continue sa mission en intervenant au nom des emprunteurs en cas de litige, par exemple. Gérant de l’agence CEC Finance à Mons, Christophe Contrucci n’hésite pas, suite à un dommage, à se rendre directement chez ses clients. « En cas de problème, je me charge de gérer le sinistre et d’être présent lors de l’expertise afin d’assister au mieux l’assuré. Si nécessaire, je discute avec l’expert afin d’indemniser au mieux l’assuré tout en respectant les conditions générales de la compagnie d’assurance », développe le chef d’agence.

Si par le passé, certains courtiers ont pu véhiculer une mauvaise image de la profession en vendant des produits inadaptés à une série d’emprunteurs, la nouvelle génération d’agents en courtage est aujourd’hui davantage transparente et éthique dans sa manière de travailler, mais aussi beaucoup plus encadrée et contrôlée au niveau légal, notamment.

Plus qu’un taux intéressant, un courtier peut donc vous proposer une véritable relation de confiance sur le long terme. Un service qui a un prix ? Pas nécessairement car l’agent en courtage est payé grâce à la commission que lui verse la banque une fois la transaction financière réalisée.

Lexique