Les rendements de la Côte belge, loin des sables mouvants

Les rendements de la Côte belge, loin des sables mouvants

Écrit par de Smet Yvan le 6 mai 2016

4,6 % sur base annuelle pour un appartement à Coxyde en 2015. Le rendement, certes supérieur à la moyenne, atteint par certains biens du front de mer n’en est pas moins révélateur de la rentabilité de l’immobilier du littoral. Avant d’acheter, attention toutefois à garder en tête quelques principes pour maximiser les opportunités de profit de son investissement.
 

A la Côte comme ailleurs, la location la plus demandée reste le 2-chambres, même à Knokke-Heist, qui compte un très grand nombre de villas. "La demande locative pour les biens d’exception est faible", précise Gregory De Bisscop, responsable de l’agence knokkoise Immo Bis, qui ajoute que "la rentabilité de ce type de biens est d’ailleurs plus basse." Un bien plus coûteux rapportera d’autant moins que la répercussion entre le prix d’achat et le montant du loyer a ses limites. "Pour une location à l’année, un appartement acheté 400000 euros à Oostduinkerke pourra être loué 1000 euros par mois. Celui acheté 200000 euros à Coxyde pourra l’être à 700 euros", analyse Vincent Beuten, directeur d’Era Servimo, active de La Panne à Nieuport. A noter que la location à l’année n’est pas forcément nécessaire. Saisonnière, elle peut aussi être rentable si elle concerne toutes les vacances de l’année. D’après Vincent Beuten, "la très basse saison n’est pas vraiment profitable. Elle permet au propriétaire de jouir de son bien pour quelques week-ends. Mais le client de la location de vacances est plus exigeant que celui qui loue à l’année. Il veut le même confort que chez lui, voire plus."

Les rendements de la Côte belge, loin des sables mouvants

Loyer et plus-value à la revente

Tabler sur un rendement annuel de 2 à 3 % selon les communes est réaliste, avantages et inconvénients de chacune d’entre elles à clé. Outre le prix d’achat, qui ne peut qu’être partiellement répercuté, des clientèles différentes et des situations particulières impactent directement les gains visés.

Ostende, par exemple, bénéficie de la mer, mais c’est aussi une ville. La location d’hiver, une tendance sur toutes les communes côtières, s’y développe particulièrement. "Des entreprises louent des logements pendant trois ou quatre mois pour des stagiaires et des contrats temporaires. Nous avons aussi une clientèle qui travaille à Bruxelles et qui prend le train", explique Véronique Misseghers, directrice de l’agence Lecomte.

A Knokke-Heist, une autre forme de rendement réside dans la plus-value à la revente. "Il y a des acheteurs prêts à payer plus pour n’avoir qu’à poser ses valises. Des investisseurs, dont des particuliers, achètent en mauvais état, font d’importants travaux et tablent sur 50000 à 60000 euros de bénéfice. Le calcul doit malgré tout être serré et tenir compte de la taxation lors de la revente dans les 5 ans", conclut Gregory De Bisscop.

Yvan de Smet

Lexique