Gerpinnes, l

Montigny-le-Tilleul & Gerpinnes

Écrit par Stephan Debusschere le 15 septembre 2017

La demande pour les appartements progresse

Situé au sud de l’agglomération de Charleroi, l’environnement vert de Montigny-le-Tilleul et de Gerpinnes attire depuis de nombreuses années la convoitise des candidats acquéreurs. Et si la demande pour les villas baisse, celle pour les appartements progresse.

Une offre supérieure à la demande, des prix qui baissent et des acheteurs qui prennent leur temps : le marché des 4 façades et autres villas des quartiers résidentiels reste chahuté. Depuis mi-2014, la demande s’avère moins forte, et l’indécision de la part des amateurs se fait plus grande. Du côté des vendeurs, on ressent aussi une certaine crainte de ne pas vendre son bien facilement, de s’engager dans une nouvelle acquisition et de ne pas obtenir de crédit. Aujourd’hui, le marché s’est donc en quelque sorte inversé par rapport aux années 2000-2010, car l’offre s’avère en conséquence nettement plus importante que la demande. Les prix subissent donc une baisse qui ramène la valeur des biens à leur niveau de 2008.

On pourra ainsi trouver une villa 4 façades datant des années 1960-70, bien située et à remettre au goût du jour pour quelque 200 000 euros. Les villas plus récentes ou correctement remises aux normes se négocient quant à elles à partir de 250 000 euros, tandis que les villas plus cossues s’échangent entre 300 000 et 400 000 euros. Seules quelques propriétés pourront prétendre à une valeur dépassant les 400 000 euros. Quant aux vastes propriétés, elles pourront exceptionnellement se négocier autour du million d’euros.

Gerpinnes, l'hôtel de ville. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Sans travaux de préférence

Le parc immobilier dans toute l’agglomération de Charleroi étant majoritairement ancien, le certificat de performance énergétique du bien n’a en réalité pas une réelle influence sur le prix de vente, sauf pour des biens récents. Aujourd’hui, les amateurs convoitent davantage un bien en bon état où il n’y a pas de travaux importants à réaliser. L’incertitude quant à l’avenir et la crainte des coûts de rénovation plombent ainsi la valeur des biens qui nécessitent de gros travaux.

Ce sont donc logiquement les biens en bon état qui tirent le mieux leur épingle du jeu. L’aspect intérieur du bien est aussi de plus en plus important. Un bien remis au goût du jour et bien aménagé peut ainsi se vendre jusqu’à 20 % plus cher qu’un bien similaire vieillot et mal aménagé. Selon la fédération des notaires, le prix moyen d’une maison à Montigny-le-Tilleul s’est fixé à 179 500 euros en 2016, et à 182 500 euros à Gerpinnes, soit un recul de respectivement 5,8 et 8,4%. 

Demande de neuf

On observe une croissance de la demande pour les appartements. Cette demande émane principalement d’une clientèle d’un certain âge qui peut se permettre d’acheter ce type de bien à un prix plus élevé. L’accès à la propriété neuve reste cependant problématique pour les jeunes ménages, étant donné les coûts d’acquisition plus importants. Sur la commune de Gerpinnes, la tranche de prix moyen par m2 varie entre 1800 à 2000 euros, selon le standing. Le prix d’acquisition, hors frais, d’un appartement de 100 m2 de ce type reviendra donc à quelque 200 000 euros.

Logic Repères

Montigny-le-Tilleul : 179 500 euros

Gerpinnes : 182 500 euros

Appartement neuf : de 1800 à 2000 euros/m2

Villa à rénover (années 60-70) : 200 000 euros

Villa rénovée et récente : de 250 000 à 400 000 euros

Lexique