Un premier achat immobilier sert de tremplin à une acquisition future.

Premier achat immobilier : un tremplin pour les jeunes

Écrit par Renaud Chaudoir le 27 avril 2015

Autrefois, les jeunes gens achetaient généralement un bien immobilier pour y vivre jusqu’à la fin de leurs jours. Actuellement, on peut observer un revirement de tendance puisqu’il est rare que la première habitation reste définitive. Après quelques années, elle est échangée au profit d’une nouvelle maison. Découvrez dans cet article pourquoi le marché immobilier assiste à un tel scénario.

Un premier achat immobilier sert de tremplin à une acquisition future.

Des biens toujours plus chers

Ces dernières décennies ont vu les prix de l’immobilier grimper sans relâche. C’est principalement au cours de la deuxième moitié des années nonante que les prix se sont envolés, expliquant l’incapacité des jeunes à acquérir immédiatement la maison de leurs rêves. Leurs moyens financiers étant insuffisants,  les parents ou grands-parents les aident dans de nombreux cas à financer un premier bien immobilier. Il ressort d’une enquête réalisée par Steunpunt Wonen (centre de recherche sur l’aménagement du territoire et le logement) que ceux-ci assument en moyenne 4,5 pourcent des coûts totaux.

Etant donné qu’ils viennent d’entrer dans le monde du travail, les jeunes ne possèdent que peu d’économies. Etre dans un premier temps locataires leur permet d’en réaliser en vue d’acquérir un bien immobilier.

Un bien à rénover ou directement habitable ?

En tant que jeune acquéreur, vaut- il mieux choisir un bien directement habitable ou à rénover ? Les deux options présentent des avantages et inconvénients. Le rendement d’une rénovation est généralement meilleur, à condition que les coûts de rénovation restent dans des limites raisonnables. Un bien directement habitable séduit de par le fait qu’il ne nécessite qu’un coup de peinture et l’installation de l’éclairage. Tenez compte du fait qu’un bien immobilier ne rapporte de l’argent qu’au terme de cinq années. Si vous souhaitez rester gagnant, revendre votre bien après deux ans ne présente donc aucun intérêt.

Le nombre de propriétaires en diminution

L’enquête de Steunpunt Wonen est parvenue à une autre conclusion. Pour la première fois depuis longtemps, le nombre de propriétaires sur le marché immobilier belge a diminué. Les familles avec de faibles revenus sont les premières à devoir renoncer à l’acquisition d’un bien, et ce, en raison de l’augmentation des prix de l’immobilier et du refus des banques de leur accorder un prêt hypothécaire.  

Lexique