Augmentation et assouplissement des primes énergie pour les copropriétés en Flandre

Écrit par Renaud Chaudoir le 14 janvier 2014

Bonne nouvelle pour les personnes qui possèdent un appartement en Flandre : en 2014, plus aucun plafond ne s’applique pour certaines primes. De cette façon, les primes pour les travaux dans des grandes surfaces pourront être plus élevées. Il s’agit surtout d’une aubaine pour les propriétaires d’un appartement : dans les immeubles d’appartement, on s’attaque souvent à de grandes surfaces, par exemple, afin que tous les appartements bénéficient d’une meilleure isolation.

 

Plus de plafond pour certaines primes énergie

Jusqu’à présent, il existait des plafonds pour les primes, que les gestionnaires du réseau de distribution attribuaient pour l’isolation du toit, du sol du grenier, des murs creux et extérieurs, du sol et du vitrage à haut rendement. En 2014, ces plafonds disparaissent en Flandre, ce qui permet de bénéficier de primes plus élevées lors de travaux dans des surfaces plus importantes, ce qui s’avère souvent le cas dans des immeubles d’appartements.

 

Des plafonds sont toujours d’application pour toute prime combi, lors de l’investissement simultané dans des nouvelles fenêtres avec vitrage à haut rendement et dans l’isolation des murs, ainsi que dans des chauffe-eau solaires et des pompes à chaleur. Néanmoins, ces montants maximums peuvent désormais être multipliés par le nombre de blocs d’habitation.

Réglementation plus souple sur les primes pour les copropriétés

La réglementation concernant les primes énergie pour les copropriétés en Flandre sont également assouplies. Jusqu’à présent, les gestionnaires de l’énergie assuraient uniquement des primes lors de l’association des copropriétaires pour les parties communes, et des primes pour les propriétaires ou usufruitiers individuels pour les travaux dans les parties privées.

 

Grâce à la nouvelle réglementation, l’association des copropriétaires peut désormais déposer une demande de prime dans le cas d’un investissement collectif et d’une facture commune, avec l’accord écrit de tous les investisseurs à leur nom et à leur compte. Pour de tels travaux, une majorité de trois quarts des voix est nécessaire.

 

Lexique