Lessines, picture by Jean-Pol Grandmont.

Prix immobilier à Lessines

Écrit par Stephan Debusschere le 24 mai 2019

Un marché à deux visages

Le marché immobilier de Lessines souffre encore d’un déséquilibre entre offre et demande. Une situation qui pourrait toutefois changer à l’avenir au vu de l’énergie consacrée à l’attractivité de la ville.

Lessines, picture by Jean-Pol Grandmont.Lessines est littéralement divisée en deux zones bien distinctes au niveau de son offre immobilière. Il y a en effet une différence nette entre la zone du bas de la ville et celle du haut. Le bâti du bas de la ville est essentiellement composé de maisons de rangée, tandis que celui du haut de la ville est plus résidentiel, et présente des maisons plus cossues ainsi que des villas. Les différences de prix entre ces deux zones sont donc importantes. Dans le haut de la ville, si la fourchette de prix est comprise entre 160 000 et 300 000 euros, celle du bas de ville n’excède pas 160 000 euros de manière générale, à l’exception de biens plus cossus tels que des maisons de maître ou des biens rénovés.

En termes de prix médian, la valeur d’une maison à Lessines s’est fixée à 121 000 euros sur l’ensemble de l’année écoulée, soit un rattrapage de 5% par rapport à 2017.

Le marché immobilier de Lessines présente aussi de sensibles différences dans les villages alentour faisant partie de l’entité, tels que Ollignies, Bois-de-Lessines ou encore Ogy. Nettement résidentielle, l’offre immobilière y est essentiellement composée de villas dont les prix sont supérieurs d’environ 10%, notamment parce que leur superficie habitable est plus grande.

Une autre particularité de ce marché est la quasi pénurie d’appartements de seconde main et d’appartements neufs.

Déséquilibre

Le marché immobilier de Lessines souffre depuis un certain temps d’une suroffre qui a du mal à se résorber. En cause notamment, la tendance à la surévaluation des biens mis en vente, qui émane essentiellement de propriétaires qui semblent ne pas avoir pris conscience que le marché ait pu baisser de 10 à 20 % ces dernières années en raison justement de cette suroffre. Et dans ce type de configuration, c'est immanquablement l'acquéreur qui fait le prix final. Nombre de biens ne trouvent donc pas preneurs tant que les propriétaires ne révisent pas leurs exigences à la baisse.

Le marché est ainsi confronté à un déséquilibre entre l’offre, importante, et la demande, qui peut aussi avoir du mal à suivre parfois parce que nombre de jeunes ménages sont confrontés aux difficultés d’obtenir un crédit. Mais il ne s’agit évidemment pas là d’un cas particulier puisque la difficulté d'obtention de crédits est loin de se résumer à la région de Lessines, et constitue en réalité un phénomène qui se généralise face aux critères plus stricts d’obtention des crédits. Il n’en reste pas moins que, dans le bas de la ville, les maisons de rangée qui sont mises en vente entre 75 000 et 100 000 euros, hors frais, nécessitent pour leur grande majorité des travaux de rénovation plus ou moins importants, ce qui au final peut engendrer un besoin d’emprunt qui peut dépasser les montants accordés selon les critères précités.

Moins cher qu’à Ath 

Si la tendance de la demande dans le bas de la ville va aux maisons de rangée déjà rénovées, le haut de la ville vise pour sa part un autre type de clientèle. Le maître-achat y est la villa récente, dans une tranche de prix avoisinant les 250 000 euros. Lessines accueille aussi des candidats acquéreurs en provenance de la Région bruxelloise, et qui peuvent trouver des biens dont les prix sont inférieurs à ceux de la ville d’Ath, toute proche.

La mobilité en direction de la Capitale y est aussi plus importante car Lessines est plus proche de la dorsale de l’A8. Les professionnels insistent par ailleurs sur le potentiel de la ville, qui leur apparaît régulièrement mise à mal en raison d’une « mauvaise » réputation, laissant à la ville d'Ath la place numéro 1 dans le cœur des acquéreurs. Les autorités communales semblent l’avoir bien compris et entreprennent des actions d’embellissement, à l’instar de la réfection de la Grand Rue en centre-ville. On peut ajouter à cela les nombreuses rénovations que les particuliers apportent à leurs habitations, de même qu'en périphérie.

Repères

Maison : 121 000 euros
Villa : de 200 000 à 350 000 euros
Appartement : 135 000 euros

Lexique