Se rapprocher de son travail : quelle solution pour les problèmes d’embouteillages ?

Habiter plus près de son travail

Écrit par Renaud Chaudoir le 11 février 2019

Quelle solution pour les problèmes d’embouteillages ?

Tout le monde sera d’accord : en Belgique — et certainement Flandre —, nous avons un énorme problème d’embouteillages. Mais comment le régler ? Les experts réfléchissent à la meilleure approche depuis des années, mais pendant ce temps, nous restons au point mort. Faut-il attendre une solution miracle du gouvernement ? Est-ce notre responsabilité commune de réduire les kilomètres de bouchons ? Et si nous habitions plus près de notre travail, la situation ne s’en trouverait-elle pas améliorée ?

Se rapprocher de son travail : quelle solution pour les problèmes d’embouteillages ?

Le problème des embouteillages va de mal en pis

Trois cents kilomètres de bouchons ? Quatre cents kilomètres de bouchons ? Ce ne sont pas des chiffres que l’on aime entendre quand on est coincé dans sa voiture de grand matin. Nous avons pris l’habitude de nous énerver derrière notre volant alors que nous progressons péniblement vers notre travail. Les embouteillages ? Ça fait partie du contrat.

Malheureusement, le problème ne fait qu’empirer. L’année dernière, nous avons battu le record du temps passé dans les embouteillages. Au total, pendant les onze premiers mois de 2018, la Flandre a passé 925 000 heures à l’arrêt, soit 12 000 de plus que pour l’année 2017. Comparé à 2015, nous perdons 22 % de temps en plus lorsque nous prenons la voiture pour nous déplacer.

Quant à la longueur moyenne des embouteillages, elle devient petit à petit dramatique. À cet égard, l’année 2017 était catastrophique, puisque la longueur moyenne des embouteillages atteignait 169 km pour les jours scolaires, avec un pic de 603 km — un record.

Le nombre de bouchons structurels semble également augmenter. Aujourd’hui, les automobilistes du Limbourg et de Flandre-Occidentale sont à l’arrêt tous les jours. Par ailleurs, les applications comme Waze augmentent le trafic alternatif, ce qui veut dire que les petites rues sont elles aussi encombrées.

Investir dans l’infrastructure routière

Les embouteillages sont donc un problème régional. Et pourtant, nous perdons la plupart de nos heures en voiture sur deux axes : le ring qui entoure Bruxelles et celui qui entoure Anvers. Dans le journal De Morgen, le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts, souligne que des travaux d’infrastructure sont à venir : « Après de longues discussions, nous pouvons finalement commencer à investir, à faire des travaux et à réduire le nombre d’embouteillages. » Il a cependant tout de suite ajouté qu’il ne s’agissait que d’une partie de la solution.

Moins de voitures sur les routes

Le problème, ce n’est pas seulement que nos routes sont insuffisantes, c’est simplement qu’il y a trop de voitures et que notre réseau est saturé. Certes, les camions y sont pour beaucoup, mais de nombreuses voitures personnelles créent elles aussi un problème d’embouteillages. Dans la plupart des cas, il s’agit de personnes qui font la navette et qui sont seules dans leur voiture. Pourquoi ? Parce qu’elles préfèrent le confort de leur voiture, qu’elles considèrent comme une part de leur salaire, et parce qu’elles bénéficient d’avantages fiscaux de la part de leur employeur.

Pour réduire la quantité de voitures sur les routes, plusieurs facteurs sont à prendre en compte :

  • Faire davantage de télétravail, pour autant que la nature du travail à effectuer ne nécessite pas de présence physique.
  • Se rendre au travail avec les transports en commun : il s’agit d’une solution facile à mettre en œuvre quand on habite dans une région bien desservie. Hélas, c’est loin d’être le cas partout, et là aussi, il est grand temps de faire des investissements.
  • Se déplacer davantage à vélo (électrique) ou même se rendre au travail à pied.

Tout dépend évidemment de l’endroit où vous habitez/travaillez, c’est pourquoi il peut être intéressant de déménager ou de changer de job… à moins que vous ne vouliez continuer à faire la navette. L’implantation et l’accessibilité sont loin d’être des détails : ce sont des facteurs cruciaux à prendre en compte si vous cherchez un nouveau logement ou travail.

Lexique