Arlon, toits de la ville et clocher de l’église Saint-Martin. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Province du Luxembourg

Écrit par Stephan Debusschere le 21 avril 2017

Des hauts et des bas

Sur le segment de la maison, la légère croissance globale en termes de prix courant 2016 masque un phénomène de correction dans des communes qui avaient progressé. 

A l’échelle de la Province, le prix moyen d’une maison a augmenté en 2016 de 5,2%, avec 190 000 euros contre 181 000 euros en 2015. Ce prix moyen ne reflète néanmoins que partiellement l’évolution des prix dans chacune des 44 communes qui composent la Province, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse. Si la région frontalière avec le Luxembourg semble garder globalement la cote, ce n’est pas le cas de toutes les communes. On assiste ainsi à un phénomène de correction qui concerne aussi bien une commune importante comme Messancy que de plus petites communes comme Attert ou Martelange, qui avaient toutes deux connu une forte augmentation en 2015.

Ailleurs, d’autres grandes communes ont enregistré des tassements de prix, comme c’est le cas à Bastogne, La Roche-en-Ardennes, Marche-en-Famenne ou encore Neufchâteau. Durbuy fait exception à la règle, avec une augmentation moyenne de près de 30%, à 185 500 euros.

Sur le segment de l’appartement de seconde main, le prix moyen a également progressé. Cette progression est même plus importante. La tendance est d’ailleurs à la hausse depuis 2012, avec une progression de 16% sur les cinq dernières années. Le prix moyen actuel de 163 000 euros, toutes surfaces confondues, présente bien entendu des variations très importantes selon les communes, avec une tranche de prix qui varie ainsi de 55 000 euros (Vielsalm) à 240 000 euros (Hotton).

Région d’Arlon 

C’est toujours au sein de la ville chef-lieu de la Province et dans les communes avoisinantes que sont concentrées les maisons les plus chères de la Province. Les maisons mitoyennes sont en moyenne les plus chères à Arlon, avec 274 000 euros (hausse de plus de 13%), suivies d’assez loin par celles de Messancy, Habay, Aubange et Etalle.

Depuis longtemps, un grand nombre de Belges de cette région travaillent au Luxembourg, et ceux-ci ont en conséquence les moyens de s’offrir des biens d’une valeur plus élevée qu’ailleurs. Pour s’offrir une petite maison 4 façades dans le centre-ville d’Arlon, il faut prévoir un budget moyen de 315 000 euros. Les communes d’Aubange et de Messancy sont en deçà, avec un prix moyen de 215 000 euros pour les maisons 4 façades. Et dans les quartiers chics de Waltzing à Arlon, le prix d’une villa 4 façades varie généralement de 350 000 à 700 000 euros. Comme c’est le cas dans les autres provinces du pays, une stagnation des prix frappe les biens qui présentent des performances énergétiques défavorables.

Sur le marché des appartements neufs, la demande semble supérieure à l’offre à Arlon, surtout dans le centre-ville. Et les projets de standing y fonctionnent très bien. Ce sont d’ailleurs les appartements les plus grands et les plus chers qui semblent se vendre en premier lieu. Ailleurs, ce marché du neuf s’est bien développé ces dernières années pour répondre aux besoins des personnes âgées ou des investisseurs. On retrouve ainsi des projets sur Aubange, Athus, Etalle, Tintigny, Florenville et Virton.

Le prix moyen d’un appartement neuf 2 chambres varie entre 160 000 et 230 000 euros. On retrouve le même type de variation pour les appartements deux chambres de seconde main, dont le prix fluctue entre 120 000 et 175 000 euros, selon qu’il est situé dans des communes plus rurales ou qu’il est proche de la frontière grand-ducale.

Le marché du neuf contribue à assainir celui des appartements de seconde main pour lesquels les propriétaires doivent désormais soit revoir le prix à la baisse, soit engager des frais de rénovation.

Arlon, toits de la ville et clocher de l’église Saint-Martin. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Région de Neufchâteau

Le prix moyen d’une maison mitoyenne en bon état s’y situe entre 120 000 et 150 000 euros. Si on constate une légère augmentation dans certaines communes, les prix sont restés stables : environ 130 000 euros dans la région de Bertrix, Paliseul et Bouillon, contre une moyenne de 150 000 euros à Bastogne, Libramont, Neuchâteau ou encore Fauvillers. Sans surprise, quelle que soit la zone géographique, la tendance de l’activité est à la baisse pour les maisons présentant un maigre profil énergétique ainsi que les maisons à rénover, car les acheteurs préfèrent acquérir des maisons récentes et bien isolées. Une constatation déjà perçue depuis 2012.

Le prix moyen d’une maison quatre façades en bon état, en périphérie d’une ville ou dans un village se situe, pour sa part, entre 160 000 et 230 000 euros. La stabilité des prix est de mise dans la plupart des communes, sauf à Paliseul où l’on a enregistré des pointes jusqu’à 300 000 euros. Globalement, l’offre reste importante sur ces deux segments.

Sur le segment de l’appartement de seconde main, le prix moyen d’un 2 chambres se situe entre 110 000 et 160 000 euros, et est resté globalement stable.

Sur le marché du neuf, le prix moyen d’un appartement deux chambres reste stable lui aussi, et oscille entre 150 000 et 240 000 euros. C’est à Bastogne qu’ils sont les plus chers, suivis de Libramont et Neufchâteau.

Région de Marche-en-Famenne

Le prix moyen d’une maison deux façades en bon état général y varie entre 130 000 et 145 000 euros. Ces maisons sont plus chères toutefois à Marche-en-Famenne (175 000 euros), et plus encore à Durbuy (185 500 euros). Le prix moyen d’une maison quatre façades en bon état varie, pour sa part, entre 150 000 euros à Vielsalm et 225 000 euros à Durbuy et Barvaux. Les communes d’Erezée, d’Houffalize et Gouvy se situent entre ces deux extrêmes, avec respectivement 175 000, 185 000 et 190 000 euros.

Comme ailleurs, les maisons très énergivores et nécessitant de gros travaux de rénovation n’ont plus du tout la cote. Le marché de la seconde résidence peut quant à lui faire exploser les prix dans le cas d’un bien de qualité et de caractère.

Sur le marché des appartements, plusieurs gros projets – de plus de 100 unités de logements – s’annoncent pour les prochaines années dans la ville de Marche-en-Famenne, car la demande s’avère forte. Les acquéreurs sont souvent des investisseurs privés qui donnent leur bien en location en vue de l’occuper eux-mêmes par la suite. Le prix au m2 pour un appartement neuf peut y atteindre 2500 euros, tandis qu’il est plutôt de 1750 euros du côté de Gouvy. La forte concurrence du neuf met la pression sur l’appartement de seconde main, dont le prix moyen pour un 2 chambres varie de 110 000 euros (Houffalize) à 180 000 euros (Barvaux).

Logic Repères

Maisons 2 façades
Arlon : 274 000 euros
Marche-en-Famenne : 175 000 euros
Neufchâteau : 145 000 euros
Appartement : 163 000 euros

Lexique