La rénovation, la solution à faible coût

Écrit par Masquelier Frédérique le 6 novembre 2014

La rénovation, la solution à faible coût

Les organisateurs de Batibouw ont mené une enquête nationale sur le thème de la rénovation.

Alors qu'ils sont en plein préparatifs de la 56e édition de Batibouw, qui aura lieu du 26 février au 8 mars prochain à Bruxelles, les organisateurs du salon international du bâtiment, de la rénovation et de l’aménagement intérieur ont mené une enquête à l’échelle du pays. Partant du constat que, "si les Belges pouvaient choisir, ils opteraient majoritairement pour une maison isolée classique", mais que "la réalité financière les éloigne de plus en plus souvent de ce rêve", les auteurs de l’enquête ont orienté leurs questions autour du thème de la rénovation. Laquelle, a, selon eux, "dans la pratique", "le vent en poupe".

Parmi les résultats les plus marquants glanés dans les réponses des 1400 Belges sondés, les auteurs mettent en avant le fait que seule une minorité des rénovateurs effectuent l’ensemble des travaux nécessaires en même temps (22 %). Pas moins de 78 % répartissent ceux-ci sur une plus longue période. Au total, les travaux de rénovation durent donc généralement plus d’un an.

Echelonner les travaux dans le temps

Un phénomène logique, d’après Geert Maes, directeur général de Batibouw. "Le prix est incontestablement un point crucial dans le secteur de la construction. Les gens pensent encore qu’investir dans son propre logement est une excellente chose, mais ils veulent le faire de manière intelligente en optimisant les coûts. La possibilité d’échelonnement des travaux dans le temps est l’un des principaux avantages de la rénovation."

Au rang des postes importants, on retrouve les sanitaires, suivis par le chauffage, les menuiseries extérieures, l’électricité et la toiture (tous au-delà de 50 %). Autre poste à gros budget : l’isolation. "Les exigences en matière d’économie d’énergie et de performance énergétique sont de plus en plus strictes, insistent les auteurs de l’enquête. De plus, les investissements consentis pour l’économie d’énergie, avec ou sans primes, restent un excellent moyen de tirer un avantage économique à moyen terme." Résultat, un peu plus de 70 % des personnes interrogées affirment qu’elles rénovent pour économiser de l’énergie. Mais il ne s’agit pas de la réponse la plus fréquente : près de 80 % d’entre elles visent avant tout à améliorer leur niveau de confort et de bien-être.

Par ailleurs, plus de 30 % accordent une attention particulière à l’aspect financier et investissent pour accroître la valeur du bâtiment. Dans la plupart des cas (46 %), plus de 50.000 euros sont consacrés aux travaux de rénovation. Un budget qui provient tant de fonds propres (81 %), que de primes ou subsides (28 %) et d’emprunts (48 %).

Enfin, l’enquête cherchait également à déterminer qui réalise les travaux de rénovation. Seulement 8 % des personnes interrogées ont indiqué qu’elles effectuaient elles-mêmes tous les travaux. Plus de 30 % en confient les rênes à des professionnels. Le mélange des deux est la solution la plus populaire : 58 % mettent la main à la pâte, mais préfèrent laisser les travaux les plus ardus à un professionnel.

 

Lexique