S’amuser en toute sécurité grâce à une rue réservée au jeu

Qu’est-ce qu’une rue réservée au jeu ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 4 août 2016

Jouer et s’amuser en toute sécurité dans la rue

Avant que les voitures ne deviennent omniprésentes, les enfants jouaient en permanence dans la rue. Vos grands-parents vous le confirmeront certainement. Désormais, la majorité des rues ne sont plus assez sûres pour y jouer, à moins que vous n’habitiez dans une rue réservée au jeu, qui est interdite aux voitures en périodes de vacances et aménagée pour les enfants. Ce concept jouit d’un vif succès dans les villes progressistes comme Louvain et Gand. Peut-être pourriez-vous, vous aussi, introduire une demande pour transformer votre rue en zone réservée au jeu ! Découvrez ici ce qu’il faut savoir.

S’amuser en toute sécurité grâce à une rue réservée au jeu

Qu’est-ce qu’une rue réservée au jeu ?

La ville de Gand donne une bonne définition des rues réservées au jeu et de leurs objectifs :

« Une rue réservée au jeu est une rue qui, durant une période déterminée, est entièrement réservée aux enfants qui jouent et aux habitants du quartier. Idéal pour ceux qui veulent jouer à la marelle, au badminton, se déplacer à rollers ou bavarder avec les voisins. »

Un cadre légal

Jouer dans la rue est, en principe, autorisé. Dans les rues avec peu de trafic, comme les zones résidentielles, le jeu est même recommandé. Les risques sont toutefois nombreux pour les enfants et les jeunes. La solution par excellence pour rendre la rue particulièrement sûre ? Interdire temporairement le passage de véhicules. L’A.R. du 1er décembre 1975 a rendu cette disposition officielle. L’article 2.36 de cet A.R. définit la « rue réservée au jeu » comme une voie publique qui est, temporairement et à certaines heures, pourvue à ses accès de barrières et d’un panneau additionnel portant la mention « rue réservée au jeu ».

Dans de nombreuses villes et communes, il est possible d’introduire une demande pour transformer sa rue en rue réservée au jeu lors des vacances de Pâques, des vacances d’été ou pendant quelques jours en septembre. Quelques conditions sont toutefois de vigueur. Celles-ci sont, par exemple, appliquées dans la commune de Saint-Gilles :

  • La voie publique que l'on veut aménager en rue réservée au jeu doit se trouver à un endroit où la vitesse est limitée à 50 km à l'heure ;
  • Elle doit se trouver dans une rue ou un quartier à vocation prédominante d'habitation, sans circulation de transit et ne peut être empruntée par un service régulier de transport en commun ;
  • Pendant les heures où la voie publique est signalée comme rue réservée au jeu, une infrastructure de jeux peut y être installée à condition de ne pas empêcher le passage des conducteurs autorisés à y circuler et des véhicules prioritaires.

Rues vivantes

Pour tirer le meilleur parti de votre rue, vous pouvez la transformer en rue réservée au jeu permanent. En juin 2013, le ‘Lab van Troje’ a aménagé, en collaboration avec la ville de Gand, deux ‘rues vivantes’. Celles-ci sont organisées comme des rues, piétonnières, réservées au jeu, mais sont également équipées de mobilier urbain original. Ces voies publiques deviennent ainsi de véritables zones de rencontre pour les habitants du quartier. L’expérience a remporté un vif succès et a été réitérée dans des dizaines de rues gantoises en 2014, 2015 et 2016.

Lexique