Saint Gilles Maison Comunale

Saint-Gilles plus cher que Forest

Écrit par Stephan Debusschere le 11 mars 2015

Une commune revalorisée

Depuis quelques années, la valorisation de la commune de Saint-Gilles a tiré vers le haut les prix de son marché immobilier, entraînant un mouvement de gentrification. Que ce soit sur le segment de la maison ou de l’appartement, les prix pratiqués à Saint-Gilles dépassent aujourd’hui ceux de Forest.

Saint-Gilles est l’une des rares communes bruxelloises à avoir su préserver un Saint Gilles Maison Comunalebâti historique riche de différents styles architecturaux, mais c’est aussi et surtout une sorte de « village dans la ville » où le brassage multiculturel, avec pas moins de 130 nationalités différentes, crée une richesse tout aussi inestimable. Petite commune de 2,5 km2 au bâti et à la population denses, Saint-Gilles vit au travers de ses quartiers qui ont chacun leur identité. Parmi les plus appréciés et les plus recherchés aussi, citons le quartier de la place Van Meenen et ses brocantes. Dominés par l’imposant Hôtel de Ville, ses immeubles datant pour la plupart du début du siècle dernier se distinguent les uns des autres par leur façade aux ornements uniques. Ou encore le quartier du Parvis, le cœur historique de la commune avec son église, vivant au rythme des marchés quotidiens et des cafés bruxellois typiques qui le bordent. Commune aux facettes multiples, on y retrouve aussi les restaurants branchés et les magasins chics de la chaussée de Charleroi et des piétonniers Louise, ou encore le célèbre marché du Midi.

Une commune revalorisée

Situé dans le centre-sud de Bruxelles, Saint-Gilles n’a pas trop souffert de la déstructuration urbanistique de la capitale dans les années 1970. La commune est arrivée à la fin de son développement urbanistique en 1925 et, dans les quartiers cossus et élégants de sa partie supérieure, on trouve toujours de majestueuses maisons particulières, témoins de tous les styles architecturaux en vogue au début du siècle dernier, en particulier l’Art nouveau, dont la maison Horta est l’exemple le plus connu.
Depuis une quinzaine d’années, l’action communale et régionale a permis le réaménagement de son espace public. Les aménagements de trottoirs, d’éclairage et de plantations d’arbres, ainsi que les nombreuses rénovations d’immeubles ont couvert quasiment l’ensemble du territoire, participant de la sorte à la revalorisation des quartiers. La présence de la Gare du Midi a notamment entraîné d'énormes travaux d'aménagement. Et à proximité du parc de Forest, la création d'espaces publics a donné lieu à une véritable coulée verte qui descend du parc Paulus à la rue de l'Hôtel des Monnaies.


Hausse et stabilisation

L’évolution du parc de logement et de l’espace public a eu comme conséquence une valorisation du marché immobilier de Saint-Gilles, faisant évoluer automatiquement vers le haut les prix de son bâti. Parallèlement, la commune mène une importante politique de logement afin de revaloriser l’immobilier saint-gillois en acquérant et en rénovant du bâti ancien destiné à des finalités sociales. La commune rassemble ainsi des quartiers aux prix de vente et aux loyers relativement élevés, et d'autres qui restent plus populaires, ce qui donne à la commune une forte mixité sociale.


Saint-Gilles connaît néanmoins un mouvement de gentrification. Le prix des logements y a en effet presque triplé entre 1997 et 2008. Les prix des maisons ont ensuite connu de légères baisses en 2009 ainsi qu’en 2012, tandis que les appartements ont enregistré une augmentation constante. Les années 2013 et 2014 indiquent que les prix des maisons comme ceux des appartements se sont stabilisés. Sur le podium bruxellois, Saint-Gilles apparaît une fois encore dans le top 10 sur le segment des maisons comme sur celui des appartements. Les prix y sont globalement plus élevés que dans la commune voisine de Forest, où la progression enregistrée en 2012 – conséquence notamment de l’action des investisseurs privés qui ont tiré les prix vers le haut – s’est depuis muée en une stabilisation. A Forest, les propriétaires ont accepté de revoir leurs exigences à la baisse, ce qui a eu pour effet bénéfique de soutenir l’activité.

Le succès du neuf

Si le haut de la commune de Forest – plus près de Saint-Gilles – reste le plus prisé par les candidats acquéreurs, il n’est plus vraiment possible d’y construire quoi que ce soit. La demande pour le neuf a donc dû se rabattre sur le bas de la commune. Divisé en deux, le marché immobilier forestois a récemment retrouvé des couleurs grâce aux projets neufs qui ont ranimé ses quartiers populaires, comme ce fut le cas notamment du côté de la rue du Patinage et de la rue Bervoets, avec la commercialisation du projet Bervoets. Autre succès notoire : le projet résidentiel Ducuroir, un îlot de logements passifs et très basse énergie situé sur le site des ex-établissements éponymes, à proximité des anciennes Manufactures Bata et du Wiels (Centre d’Art Contemporain), où les 32 logements conventionnés mis en vente par la SDRB, sur un programme total de 64 logements, ont été vendus en… une journée.


Dans ce marché concurrencé par le neuf, les appartements de seconde main qui ont connu une belle progression en 2012 affichent depuis une stabilisation de leur prix, voire un léger recul. Intéressant, lorsqu’on sait que la plupart des communes du sud et du centre de Bruxelles affichent des prix qui atteignent ou dépassent la barre des 300 000 euros sur ce segment.


Logic Repères

Saint-Gilles

  • Maison : de 350 000 à 400 000 euros
  • Appartement 2 ch : entre 200 000 et 240 000 euros

Forest

  • Maison : de 300 000 à 350 000 euros
  • Appartement 2 ch : entre 180 000 et 200 000 euros

Lexique