saint-gilles

Saint-Gilles

Un marché en forte progression

Depuis quelques années, la valorisation de la commune de Saint-Gilles y a entraîné un mouvement de gentrification. A tel point qu’elle apparaît aujourd’hui comme l’un des marchés les plus ascendants de la Capitale, avec la plus forte hausse des prix de la Capitale depuis le début de l’année.saint-gilles

Saint-Gilles est l’une des rares communes bruxelloises à avoir su préserver un bâti historique riche de différents styles architecturaux. Et depuis une quinzaine d’années, l’action communale et régionale a permis le réaménagement d’une grande partie de l’espace public. Les aménagements de trottoirs, d’éclairage et de plantations d’arbres, ainsi que les nombreuses rénovations d’immeubles ont couvert quasiment l’ensemble du territoire, participant de la sorte à une revalorisation des quartiers boostant l’attractivité de la commune sur le plan immobilier.

Un village dans la ville

Saint-Gilles est aussi et surtout une sorte de « village dans la ville », où le brassage multiculturel crée une richesse tout aussi inestimable. Petite commune de 2,5 km2 à la population dense, Saint-Gilles fait partie des entités bruxelloises affichant le plus de potentiel au niveau de l’évolution des prix. Certains de ses quartiers, proches des zones les plus en vue d’Ixelles, sont désormais passés du côté branché de la Capitale, mais sans en atteindre encore les sommets en termes de prix. C’est la raison pour laquelle le haut de Saint-Gilles attire une partie de la clientèle du quartier du Châtelain, situé sur la commune d’Ixelles. Il suffit, en effet, de franchir quelques rues pour se retrouver dans le quartier de la rue d’Espagne, où le nombre d’échanges d’appartements a été multiplié par deux en l’espace de cinq ans. Parmi les quartiers les plus recherchés, citons également celui des rues Defacqz, Faider et Capouillet. Le quartier de la maison communale et les rues proches de la prison remportent désormais à leur tour un vrai succès, y compris auprès des Français, attirés par les beaux immeubles datant pour la plupart du début du siècle dernier et se distinguant les uns des autres par leur façade aux ornements uniques.

En 2019, la petite correction ramenant le prix médian à 231 000 euros aura fait long feu. Le premier semestre de cette année l’a, en effet, propulsé de 17% à 269 500 euros, soit la plus forte progression de la Capitale. Sur ce segment, les prix des appartements de Saint-Gilles restent cependant encore assez éloignés de ceux d’Ixelles et d’Uccle.

Forte progression des maisons

Tous ces quartiers bénéficient de l’élargissement de la demande d’Ixelles mais aussi d’Uccle, et les transactions continuent d’y augmenter chaque année, grâce à des prix encore concurrentiels. Mais pour combien de temps encore ? Sur le segment de la maison, la forte progression de ce premier semestre a poussé le prix médian à 535 000 euros, soit une hausse de 18% - la plus forte de la Capitale -, avec la moitié des maisons vendues entre 431 000 et 792 000 euros, ce qui indique par ailleurs une grande variation quant au type de logement et de quartier.

Quartiers à suivre

Si les investisseurs prudents et/ou aisés cibleront davantage le voisinage immédiat des zones d’attractivité citées, profitant ainsi de la renommée de ces dernières à des prix plus accessibles, d’autres plus téméraires et/ou moins aisés miseront, pour leur part, sur des quartiers plus éloignés en pariant sur un phénomène de contagion futur. Parmi ces zones qui semblent déjà vouées à un bel avenir, citons celle de l’avenue Jean Volders et alentours, en direction de la Porte de Hal. Les bâtiments de style haussmannien qui bordent ces rues y sont déjà recherchés par les Français et autres expatriés, en raison de leur grand potentiel et aussi de leur proximité avec la gare du Midi et son Thalys. Mais cet engouement a néanmoins ses limites géographiques, à savoir les quartiers du bas de la commune. En effet, plus on s’approche de la gare, plus l’immobilier souffre de l‘influence négative de cette dernière. C’est le cas notamment du quartier de la place Bethlehem, situé entre l’avenue Jean Volders et l’avenue du Roi. Il va de soi que l’absence de bâti historique intéressant et de projets immobiliers tient pour une bonne part dans le peu d’intérêt que les candidats à la propriété y portent, en tout cas jusqu’à présent…

Repères

Maison : 535 000 euros

Appartement : 269 500 euros

 

----------------------------------------------