Le Musée Paul Delvaux à Saint-Idesbald. Picture by Velvet.

Saint-Idesbald

Écrit par Stephan Debusschere le 31 août 2017

Le prix de la tranquillité

Une petite station balnéaire, comme un écrin de verdure et de sable à l’abri de l’agitation. Si l’attraction de Saint-Idesbald n’a jamais fait défaut, il faut savoir y mettre le prix. 

Sous la houlette de l'architecte Albert Dumont, le village de Saint-Idesbald a été conçu comme un écrin de verdure et de sable accueillant à partir du début du XXe siècle de nombreuses petites villas caractéristiques et nombre d’artistes dont le plus célèbre est Paul Delvaux. Depuis, cette petite station balnéaire ne cesse de faire le bonheur de celles et ceux qui préfèrent le calme à l’agitation, tout en étant à proximité de tous les commerces et loisirs offerts un peu plus loin.

Au même titre que les anciennes communes d’Oostduinkerke et de Wulpen, Saint-Idesbald fait partie intégrante de la commune de Coxyde. Dans sa totalité, Coxyde compte environ 22 000 habitants pour 8000 habitations, auxquelles il faut ajouter quelque 18 000 résidences secondaires, dont les propriétaires sont majoritairement francophones, surtout sur Coxyde et Saint-Idesbald, qui abrite pour sa part moins de 4000 âmes.

Plus cher qu’à Coxyde

Sur le segment de l’appartement d’occasion, les prix varient selon leur localisation au sein de l’entité. Notamment parce que Saint-Idesbald ne couvre qu’un petit territoire, et que son offre est donc moins importante, son bâti est plus cher qu’à Coxyde, mais moins cher qu’à Oostduinkerke. Un appartement s’y négocie entre 3000 et 3500 euros/m2, tandis qu’on atteint jusqu’à 4000 euros à Oostduinkerke, alors qu’à Coxyde il s’échange davantage entre 2500 et 3000 euros/m2, selon son emplacement en dehors ou le long de la digue.

Une légère stagnation

Les professionnels constatent néanmoins une certaine stagnation des prix sur ce marché secondaire des appartements. C’est que les prix des anciens appartements qui ont été rénovés sont sous pression du fait de la forte demande d’appartements neufs. En même temps, ces professionnels hésitent à se prononcer de manière définitive, préférant mettre en avant la nécessité pour les propriétaires de fixer un prix de vente qui soit correct et qui reflète la réalité du marché. Car un propriétaire qui décide de mettre son bien en vente à 300 000 euros, alors qu’il n’en vaut réellement que 260 000 euros, va devoir non seulement s’armer de patience, mais risque surtout de se retrouver avec moins que ce qu’il aurait pu espérer au départ s’il avait fixé un prix de vente juste. Le décalage entre prix demandé et prix finalement obtenu a ainsi une influence certaine sur la situation du marché. Les propriétaires qui vendent le plus facilement sont dès lors ceux qui acceptent de revoir leurs exigences à la baisse.

Le Musée Paul Delvaux à Saint-Idesbald. Picture by Velvet.

Du neuf et au calme

La concurrence du neuf explique aussi en partie cette tendance sur le marché de l’occasion. L’offre en immobilier neuf s’est en effet considérablement étoffée ces dernières années. Si les nouveaux projets les mieux placés sont ceux qui se vendent logiquement le plus aisément, leur prix varie aussi en fonction de leur emplacement. Comme sur le marché secondaire, les logements neufs à Saint-Idesbald – comme à Oostduinkerke – affichent des prix plus élevés qu’à Coxyde.

L’atmosphère très familiale qui règne à Saint-Idesbald est par ailleurs très recherchée par les acquéreurs d’une résidence secondaire. Les appartements neufs situés en dehors de la digue se négocient en conséquence à 4500 euros/m2. Le long de la digue, ces prix atteignent 6000 euros/m2. A titre comparatif, les prix à Coxyde vont de 3500 euros/m2 – en dehors de la digue – à 4500-5000 euros/m2 pour un appartement avec vue frontale sur mer. Les prix des biens n’offrant qu’une vue latérale sur mer avoisinent quant à eux les 4000 euros/m2. Du côté d’Oostduinkerke, ces prix peuvent quant à eux s’envoler jusqu’à 6500 euros/m2.

Une offre importante

A Saint-Idesbald, comme à Oostduinkerke d’ailleurs, l’offre en villas dans une tranche de prix comprise entre 350 000 et 650 000 euros est importante. Et les candidats acquéreurs n’hésitent plus depuis longtemps à faire leur shopping immobilier, à comparer et à faire parfois des offres très en dessous de la valeur réelle des biens proposés à la vente. Cette situation a donc logiquement allongé les délais de vente.

Pour vendre une villa, le délai est ainsi passé à quelque six mois. Un délai qui peut s’allonger d’autant lorsqu’il s’agit de villas plus grandes offrant quatre chambres et un jardin. Et à la question de savoir s’il n’y aurait pas de bonne ou de mauvaise période pour vendre, les professionnels répondent par la négative. A nouveau, l’achat surviendrait tout simplement quand le bien est affiché sur le marché à un prix correct. Et si les prix sont corrects, l’activité se fait alors toute l’année même si, naturellement, il y a plus d’activité en juillet et en août.

Les maisons ont moins la cote

Sur l’ensemble de la Côte, les maisons d'habitation ont aujourd’hui moins la cote, tout simplement parce qu’elles sont moins recherchées en tant que secondes résidences. Sur base annuelle, leur prix moyen a chuté de 5,6% pour atterrir à 279 766 euros, un prix qui reste néanmoins 18,1% plus élevé qu'au niveau national (236 831 euros).

En conséquence, une maison ou une villa dans une des communes du littoral ne coûte désormais guère plus qu’un appartement moyen. Mais il s’agit bien d’une moyenne. Sur la commune de Coxyde, la tranche de prix moyen est un peu supérieure et se situe entre 300 000 et 350 000 euros, ce qui correspond à des résidences sises sur de petits terrains. Les villas datant des années 1970 et autres authentiques cottages s’y négocient pour leur part dans une fourchette de prix comprise entre 300 000 et 500 000 euros.

Location 

Selon les professionnels, le marché de la location se porte à merveille, et nombre de biens à louer le sont avant même d’en avoir fait la publicité. A condition bien entendu que les prix soient raisonnables et que les biens loués soient de qualité. La vente et la location sont à ce titre un peu similaires dans leur fonctionnement, à ceci près que les montants des loyers n’ont pas suivi le mouvement de hausse des prix de vente au cours de ces dernières années…

Moyennes

Appartement neuf : de 4500 à 6000 euros/m2
Appartement d’occasion : de 3000 à 3500 euros/m2
Maison & villa : de 300 000 à 650 000 euros

Lexique