Schaerbeek

Schaerbeek dans le top 10 bruxellois

Écrit par Stephan Debusschere le 28 juin 2016

En n’ayant de cesse de vouloir redorer son image, la commune de Schaerbeek poursuit sa mutation et attire les candidats à la propriété aussi bien dans le haut que dans le bas de son territoire. Avec des différences de prix à la clé.

A mi-chemin entre les centres internationaux de l'OTAN et de l'Union européenne, Schaerbeek est une commune riche de potentialités aussi bien sur le plan architectural que culturel, avec de nombreuses infrastructures sportives, des théâtres, le Parc Josaphat et des avenues gratifiées de belles maisons de maître et autres maisons bourgeoises conçues dans les styles Art Nouveau et Art Déco. Schaerbeek est ainsi considérée à juste titre comme une mine d’or architecturale.

Partout sur son territoire, les travaux de rénovation entrepris dessinent une commune qui, peu à peu, parvient à résoudre son problème d’image vis-à-vis d’autres communes qui développent de manière plus naturelle un plus grand pouvoir d’attraction. Il est à noter à ce sujet que les a priori négatifs vis-à-vis de la commune de Schaerbeek proviennent essentiellement des Belges bruxellois et non pas de la clientèle internationale qui voit la commune d’un œil plus objectif, plus neutre. Grâce aux nombreux projets de logements valorisant le potentiel existant, Schaerbeek poursuit sa mutation, sur un territoire loin d’être uniforme. 

Numéro 10 au classement

Suite à une envolée des prix qui avait démarré en 2003, le segment de la maison avait vécu une légère décote au cours de l’année suivante pour finir par se stabiliser, avec un prix moyen qui était resté sous la barre des 350 000 euros. A l’image d’autres communes bruxelloises comme Forest, Jette ou encore Berchem-Sainte-Agathe, Schaerbeek semblait alors avoir atteint un relatif point d’équilibre, n’enregistrant qu’un petit bonus sur l’ensemble de l’année 2009. Mais le marché local avait pu renchérir en 2010 ; une embellie qui s’était logiquement tassée l’année suivante. C’est en 2012 seulement que la correction s’était confirmée. Avec un prix moyen de 365 500 euros, la commune se plaçait alors à la 11e place du classement bruxellois, juste derrière Saint-Gilles et Bruxelles-Ville, mais devant Evere et Jette. Après une année 2013 qui aura permis à la maison schaerbeekoise de reprendre du poil de la bête, le bonus enregistré courant 2014 sur ce segment avait fait grimper le prix moyen à  la dixième place du podium bruxellois. Une place maintenue en 2015, malgré le très léger repli de 0,5 % pour un prix moyen fixé à 381 400 euros, devant Bruxelles-Ville cette fois, mais encore loin de la moyenne régionale fixée à 435 000 euros.

Schaerbeek

Appartements en recul

Le segment des appartements de seconde main, que l’on pensait se maintenir en croissance avec une plus value de 11% en 2008, poursuivant ainsi sa bonification de pas moins de 69 % depuis 2003, s’était quant à lui un peu effondré sur l’ensemble de l’année 2009, marquant un recul de près de 8 %. Selon les professionnels, les biens qui avaient alors le plus subi la crise en perdant de leur valeur étaient les appartements défraîchis, voire vétustes et datant des années 1960. Si les biens de qualité et de caractère, qui concernent des budgets au-delà de 300 000 euros, ont plus aisément traversé cette crise de 2008, c’est parce que les candidats acquéreurs de ce genre de biens avaient (et ont toujours) une meilleure accessibilité au crédit que les ménages moyens qui convoitent des biens plus modestes mais qui voient aussi leur dossier refusé par les banques. Il y a donc eu une crise pour certains biens et pas pour d’autres.

En 2010, demande oblige, le marché avait rebondi en s’octroyant une remontée de pas moins de 34 %. La tendance était toutefois revenue à la baisse l’année suivante, ce qui avait alors positionné l’appartement schaerbeekois à la hauteur de celui situé dans la commune voisine de Saint-Josse-ten-Noode, qui avait entre-temps pris du grade. Après une nouvelle bonification courant 2012, les prix des appartements schaerbeekois avaient été marqués par une stabilisation générale, tandis que l’année 2014 avait, pour sa part, enregistré une légère érosion. L’année écoulée indique que si les appartements d’une chambre ont fait mieux que résister, s’offrant même une bonification de 9,5 %, ceux offrant deux et trois chambres ont globalement dévissé de quelque 7 %, amenant le prix moyen à 199 780 euros, qui correspond grosso modo à la valeur d’un appartement deux chambres.

Une question de localisation

Si qualité et caractère semblent être les sésames anticrise d’un bien à Schaerbeek, qu’il s’agisse d’une maison ou d’un appartement, il faut aussi y ajouter la localisation. C’est qu’à Schaerbeek, comme dans nombre de communes bruxelloises, les différents quartiers présentent de grands contrastes. De la gare de Schaerbeek à la place Jamblinne de Meux, en passant par les belles bâtisses de l’avenue Eugène Demolder où les prix peuvent grimper jusqu’à 750 000 euros pour une maison offrant 500 m2 de superficie habitable, les composantes de chaque quartier déterminent pour une belle part la valeur d’un bien, en dehors de sa valeur intrinsèque qu’il conviendra de déterminer à sa juste valeur.

Schaerbeek fait partie, avec Bruxelles-Ville et Saint-Gilles, des communes bruxelloises qui présentent le plus faible écart de prix entre immobilier neuf et ancien. Le caractère architectural et la localisation des biens interviennent, en effet, davantage que d’autres communes dans la valorisation du bâti.

Moyennes

Maison : 381 400 euros
Appartement 2 ch. : 199 780 euros
 

Lexique