Une seconde résidence à la côte, combien ça coûte ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 29 janvier 2014

Réfléchissez bien avant d’agir

Passer quelques jours dans votre seconde résidence à la côte, cela vous semble idyllique ? Et, avouons-le, ça l’est ! Mais réfléchissez bien avant d’agir, car une seconde résidence coûte beaucoup d’argent, souvent plus que ce l’on pensait ! Songez, par exemple, à l’impôt des personnes physiques, au précompte immobilier et aux droits d’enregistrement. Voici un récapitulatif des frais à prendre en compte avant d’acheter une seconde résidence à la côte !

 

10 % des droits d’enregistrement

Pour un appartement existant, on paie un taux du droit d’enregistrement de 12,5 % en Wallonie et à Bruxelles, et de 10 % en Flandre. Pour un appartement nouvellement construit, vous payez plutôt 21 % de TVA. Cette réglementation s’applique également aux secondes résidences.

 

Une seconde résidence est également soumise à l’impôt des personnes physiques. Vous devez ainsi compléter le revenu cadastral sur votre formulaire d’impôt. Le montant imposable est égal au revenu cadastral indexé, augmenté de 40 %.

Précompte immobilier

Pour une seconde résidence, il vous faut également payer un précompte immobilier annuel. Celui-ci est calculé sur la base du revenu cadastral, qui varie d’une commune à l’autre.

 

Lors du prélèvement de l’impôt, on compte une déduction automatique de 40 %. Ce forfait couvre les frais d’entretien et de réparations.

Mobilier et coûts

Une seconde résidence doit bien entendu être meublée. Or, de nouveaux meubles coûtent de l’argent. Comptez également les frais mensuels en eau, électricité, assurance et entretien, et vous connaîtrez les frais (cachés) qu’entraîne l’achat d’une seconde résidence à la côte.

 

Lexique