Soignies, la collégiale Saint-Vincent et l

Soignies

Écrit par Stephan Debusschere le 1 mars 2018

Une attractivité soignée

A 30 minutes de Bruxelles, la petite ville de Soignies ne ménage pas ses efforts pour doper son attractivité et attirer les candidats bruxellois et brabançons. Avec succès. 

« Soignies est une petite ville où il fait bon vivre, clame Emilie Masure de l’agence Century 21 Masure située au cœur de la commune. Conviviale et très bien entretenue,  cette petite ville présente tous les avantages d’une grande en offrant toutes les facilités en matière de commerces, d’écoles, d’hôpital ou encore d’activités sportives et culturelles. Le comité des commerçants, dont je fais partie, est à ce titre très actif et dynamise le centre-ville en organisant de nombreux événements tels que braderies, marchés artisanaux, nocturnes, balades à vélo ou encore marches gourmandes. »

Le succès des maisons de rangée

Cette attractivité repose évidemment aussi sur sa situation géographique avantageuse, à 30 minutes de Bruxelles et 20 minutes de Mons, et ses prix immobiliers. « Au vu des prix pratiqués à Bruxelles et en Brabant wallon, les ménages à revenus moyens n’hésitent plus à venir jusqu’ici, poursuit Emilie Masure. Pour preuve, nous avons enregistré au cours de l’année passée deux fois plus de ventes de maisons qu’en 2016… » Et on comprend aisément pourquoi en observant les chiffres émis par la fédération des notaires.

Courant 2017, 50 % des maisons y ont été vendues entre 120 000 et 215 000 euros, soit des prix très compétitifs. « Je dirais que la moyenne du prix de vente des maisons de rangée directement habitables dans le centre de Soignies est de 180 000 euros. Force est de constater que les prix ont quelque peu grimpé pour ce type de biens, car ceux-ci correspondent à la majorité des besoins des ménages aujourd’hui. Qu’il s’agisse d’une personne isolée, d’un jeune couple, d’une personne divorcée qui doit se reloger avec des enfants ou d’un investisseur, l’option majoritaire porte sur une maison de rangée, avec tous les avantages que cela implique au niveau de la proximité du centre-ville, de la gare et des écoles que les enfants peuvent rejoindre aisément à pied. Du coup, les candidats acquéreurs sont tout à fait disposés à payer le prix annoncé et même davantage pour habiter en centre-ville. C’est ce qu’on appelle un prix de convenance… »

Logiquement, ce sont les maisons déjà rénovées ou qui ne nécessitent que peu de travaux de rénovation qui sont les plus recherchées. « Les candidats vont plus facilement délaisser les maisons à gros travaux, leur préférant une maison habitable où les frais de mise à jour comme une nouvelle cuisine ou une nouvelle salle de bains vont pouvoir se faire petit à petit, au fil du temps et du budget disponible. »

Certaines sections de la commune présentent néanmoins des disparités au niveau des prix moyens. Selon la fédération des notaires, Casteau passe ainsi la barre des 200 000 euros, tandis que Chaussée-Notre-Dame-Louvignies plafonne sous les 185 000 euros. « Casteau, tout comme Thieusies, sont les deux entités les plus recherchées sur notre belle campagne sonégienne. Grâce au Shape, nombreux sont les propriétaires qui ont fait le choix de mettre leur bien en location. Et ces derniers ne sont jamais déçus de ce choix. La demande émanant du Shape est importante, et les loyers sont élevés. Les communes de Chaussée-Notre-Dame et Naast sont par contre un peu moins prisées que Casteau, alors qu’elles sont à deux pas… »

Soignies, la collégiale Saint-Vincent et l'espace fleuri de la Place Verte. Picture by Jean-Pol Grandmont.

Villas à la traîne

La vente de villas apparaît en revanche plus difficile. « Elles se vendent néanmoins, avec des prix relativement stables, mais elles sont effectivement moins recherchées, en raison à la fois de leur coût d’entretien et d’usage. La majorité des gens font plutôt le choix d’une plus petite maison agrémenté d’un petit jardin. Et ils préfèrent s’offrir plus souvent un ‘city trip’ que de passer leur week-end à entretenir un grand jardin… »

Les appartements ont la cote 

Selon le dernier rapport des notaires, les appartements de seconde main ont enregistré en 2017 une hausse des prix de presque 4%, pour un prix moyen de 148 000 euros, avec 50% des appartements vendus dans une tranche de prix comprise entre 110 000 et 165 000 euros.

« C’est que la demande d’appartements en centre-ville est importante, surtout sur le marché de l’occasion. Il y a une demande assez forte sur les petits appartements deux chambres avec une terrasse ou un balcon, sis dans de petites résidences où les charges communes sont moindres. C’est une valeur sûre, souvent un achat de raison de par le côté pratique. Cet engouement pour les appartements en centre-ville est d’ailleurs tout à fait comparable à celui pour les maisons de rangée. »

Encore du neuf

Sur le marché du neuf, une grosse partie de la demande correspond à des personnes qui n’ont plus les mêmes besoins que par le passé. « Leurs enfants sont partis, leur villa est devenue trop grande, et son entretien trop fastidieux. Pour eux, se rapprocher du centre-ville avec toutes les facilités que cela implique est une raison largement suffisante pour franchir le pas et vivre en appartement sur le centre de Soignies. »

D’autant plus que l’offre commerciale est appelée à s’y élargir encore, grâce aux 8000 m2 du futur parc commercial des Archers qui prendra place sur la friche industrielle de Semaille, à l’entrée de la commune. Quelques centaines d’appartements, planifiés en plusieurs phases, devraient également y sortir de terre.  

Logic Repères

Maison de rangée (directement habitable) : 180 000 euros

Appartement : 148 000 euros

Lexique