Stabilité du marché immobilier en Belgique : Bruges

Stabilité du marché immobilier en Belgique : une possibilité en 2015 ?

Écrit par Renaud Chaudoir le 21 janvier 2015

L’évolution du marché immobilier belge en 2015

Pour le moment, le marché immobilier belge semble relativement stable. Cela est notamment dû aux taux actuellement très bas. Mais cette situation perdurera-t-elle pendant toute l’année 2015 ? L’immobilier belge est en effet très sensible aux augmentations de taux. Nous vous présentons les différentes tendances pour cette année.

Stabilité du marché immobilier en Belgique : Bruges

Marché immobilier belge : acheter est plus intéressant que louer

Les taux bas sur les prêts hypothécaires rendent l’achat d’une habitation plus intéressant que sa location. De plus, la capacité d’emprunt de l’acheteur augmente, ce qui permet à de nombreuses personnes d’être en mesure d’acquérir leur propre bien immobilier. Mais d’autres raisons interviennent également, comme l’augmentation et le vieillissement de la population, ainsi que l’augmentation du nombre des petites familles. Tous ces éléments permettent de maintenir les prix de l’immobilier à un niveau stable.

Quelle évolution pour le marché immobilier en 2015 ?

D’un autre côté, le bonus logement sera beaucoup plus limité en 2015. Dès lors, quelles conséquences sur le marché de l’immobilier ? On a estimé que cette réforme entrainera une augmentation mensuelle de 80 euros du remboursement du prêt hypothécaire. En conséquence, on peut s’attendre à une correction des prix de vente des habitations.

 

En outre, nous avons été peu touchés par la crise jusqu’à présent, notamment parce que le gouvernement Di Rupo n’a adopté aucune mesure d’austérité sévère. Si le nouveau gouvernement fait preuve de plus de fermeté, le pouvoir d’achat risque de diminuer. Cela aura un effet négatif sur les prix des biens immobiliers.

La stagnation du marché immobilier, une possibilité ?

La réforme du bonus logement influencera de toute façon le marché immobilier. Cela se traduit actuellement par une augmentation moins importante des prix de l’immobilier. Après un pic impressionnant des achats immobiliers fin 2014, on observe maintenant une stagnation des prix et une attitude assez attentiste de la part des acquéreurs potentiels. Cela ne veut pas dire que les prix vont baisser, mais il semble plutôt que les acheteurs attendent une décision favorable du gouvernement.

 

Lexique