Stekke Fraas bureau d

Stekke+Fraas : bureau d’architecture citoyen

Écrit par Marie Pok le 10 mars 2014

Dépasser la performance énergétique

Une architecture centrée sur l’humain, c’est ce que défendent les architectes François Stekke et Serge Fraas. Dépasser la performance énergétique, renoncer à l’obsession formelle et atteindre des coûts de construction abordables : voilà l’enjeu. Celui du bureau d’architecture mais également de toute une génération de bâtisseurs conscients des défis à relever pour la ville de demain.

Stekke Fraas bureau d'architecture citoyenClairement, c’est la dimension citoyenne qui a séduit le jury du prix Blue House 2013 dans la proposition envoyée par le bureau d'architecture Stekke + Fraas : un ensemble de 29 appartements passifs ou basse énergie construit sans intervention d’un promoteur immobilier externe. Objectif ? Accéder à la propriété, à Bruxelles, pour un prix accessible (soit entre -20% et -30% du prix du marché) en misant sur la mixité sociale et intergénérationnelle et en favorisant une construction respectueuse de l’environnement. Un montage financier avait été imaginé avec une ingénieuse créativité incluant mécanisme de contrôle de faisabilité et porte de sortie du projet.

 

L’implication de tous les futurs propriétaires, la participation physique à certaines phases du chantier, la communication et gestion quotidiennes, l’intégration de plusieurs bureaux et associations dans la vie des habitants ont renforcé la dimension sociale du projet dès sa conception. La qualité des logements n’a cependant pas été sacrifiée au profit de ces idéaux. Des solutions architecturales ont été trouvées pour répondre aux exigences de bien-être de toutes les parties. Ainsi, des circulations conçues comme des espaces de convivialité, des terrasses, une salle, une buanderie et un jardin communs, des appartements traversants baignés en permanence par la lumière du jour adoucissent le quotidien.

Un bureau d’architecture écologique et … pragmatique

En revanche, le formalisme, les petits gestes où l’architecte se fait plaisir, très peu pour eux. Le tandem Stekke + Fraas est plutôt du genre pragmatique. Fonctionnelle et épurée, leur architecture offre une place de choix à la lumière naturelle, gage d’une qualité d’habitat imparable. « Nous poussons le côté écologique le plus loin possible, » affirme Serge Fraas, le porte-parole du tandem. « Mais cela induit évidemment un coût que tout le monde ne peut pas assumer. En outre, construire de façon durable et accessible demande parfois des délais supplémentaires, pour l’obtention de primes par exemple. Tout le monde ne peut pas non plus s’offrir le luxe de l’attente. Il faut alors prendre des décisions cohérentes et réalistes. »

« Le » bureau d’architecture du co-housing

Largement plébiscité, le projet Brutopia, à Forest, leur a valu une étiquette de spécialiste des projets de « co-housing ». Récemment, le bureau a été mandaté par deux groupes, l’un à Gand, l’autre à Forest, candidats à l’auto-construction. « Nous avons mis au point une méthode de travail pour encadrer et conseiller les groupes mais notre intervention reste volontairement limitée à la question architecturale. Nous ne voulons pas nous substituer au coach du groupe, nécessaire à son bon fonctionnement. »

Un bureau d’architecture à taille humaine

L’échelle du bureau reste volontairement réduite à une équipe de quatre personnes, les deux architectes fondateurs revendiquant le plaisir de « dérouler le papier calque » et de rester impliqués dans la conception du projet. Il faut dire qu’il règne dans leur studio un esprit low tech, presque artisanal, entre maquettes de carton et échantillons de chantier. Et dire que ces deux-là avaient débuté leur jeune carrière comme stagiaires concurrents dans un même bureau. En quelques coups de crayons, leur rivalité s’est muée en une complicité non démentie.

Du privé vers le public ?

Depuis leur association, en 2000, leur parcours s’est principalement limité au marché privé : rénovations, constructions de logements, maisons unifamiliales, lofts... Aujourd’hui, en association momentanée avec d’autres bureaux, ils tentent les concours publics, notamment pour la construction d’une école, autre sujet de société qui titille leur conscience citoyenne. Du moins l’expérience les tente-t-elle.

Le défi de Bruxelles

Mais l’architecture seule n’est pas le seul moteur de la cause. « Le véritable défi, à Bruxelles, c’est de trouver une solution à l’inéluctable densification urbaine. Nous construisons du neuf mais nous sommes fondamentalement interpellés par la problématique de la rénovation du bâti existant. C’est ça, le réel défi de demain. »

 

stekke + fraas, architectes
av. Wielemans Ceuppens, 45 / 5
1190 bruxelles
+32 2 648 49 35

 

En ville, ensemble

Projet citoyen participatif intégrant idéaux environnementaux et sociaux, Brutopia a convaincu le jury du prix Blue House de la Fondation pour les générations futures.

 

A une centaine de mètres du Wiels, certains passants remarqueront cette façade entièrement recouverte d’une tôle d’aluminium. Elle habille un projet innovant. Non par sa forme mais par l’ambition très particulière de cette quinzaine d’hommes et de femmes qui l’ont porté à bout de bras. Que voulaient-ils ? Un habitat durable et écologique, un mode de vie collectif et responsable, connecté à une mobilité douce et urbaine.

Stekke Fraas Brutopia

Le bureau d’architecture Stekke+Fraas : du rêve à la réalité

Le bureau d’architecture  Stekke + Fraas a traduit en termes architecturaux les rêves de ces futurs propriétaires constitués en asbl. Là où s’étalait un chancre, Brutopia dresse ses deux nouveaux volumes reliés par un grand jardin commun de 757m².

 

Les deux unités comportent 29 appartements (27 habitations passives et 2 logements basse énergie), quelques bureaux (dont le bureau d'architecture de Stekke + Fraas et un guichet énergie) ainsi qu’un centre de jour pour les personnes âgées du quartier.

Stekke Fraas Brutopia cuisine

Voir grand… dans moins de mètres carré

L’acquisition collective d’un terrain, la construction en commun sans promoteur, l’achat groupé de matériaux de finition personnels (cuisine, baignoire...) et le recours à l’huile de coude pour l’achèvement du chantier ont permis de réduire les prix de 20 à 30%. Dès le départ, différents types d'appartements ont été créés, les prix variant en fonction des surfaces, de la situation, de la finition.

 

Pour l’accès au jardin, un escalier livrant un accès direct était proposé en option, tout comme les terrasses aux dimensions variables et les places de parking couvert.

 

Pour le calcul de la surface de chaque appartement, les architectes ont réussi le pari de faire comprendre aux futurs propriétaires qu’une même qualité d’espace pouvait être atteinte, considérable paradoxe, en revoyant à la baisse le nombre de mètres carrés par logement.

Qualité environnementale, sans haute technologie

Toute une série de mesures a permis au projet de remporter en 2009 le prix de l'immeuble exemplaire décerné par la Région de Bruxelles-Capitale. La dépollution du sol, la récupération des eaux de pluie (y compris sur le toit du centre sportif voisin), du triple vitrage, des panneaux photovoltaïques et autres dispositions permettant de réduire la consommation de chauffage à 28 kWh/m2/an.

Stekke Fraas cuisine

Pourtant, ce n’est pas la technologie embarquée qui excite ces jeunes architectes. Ils en sont revenus, conscients de coûts et contraintes de ces équipements qu’ils estiment encore très peu adaptés. « Ce qui nous intéresse, c’est de faire de la haute qualité environnementale sans haute technologie » résume Serge Fraas. Bâtiment exemplaire, Brutopia en est une illustration manifeste.

 

Boîte noire : une réalisation du bureau d’architecture Stekke+Fraas

Avec un jeu d’ouvertures dynamique, cette maison joue avec la lumière naturelle et interagit avec l’environnement. C’est un programme assez important qu’il s’agissait d’implanter dans cette nouvelle construction érigée sur une parcelle boisée, par très large : quatre chambres, deux salles de bain, une bibliothèque, un double garage… Entre les arbres se profile le volume très compact bardé de mélèze lasuré, dont la patine vire au noir.

Stekke Fraas Black Box

Stekke Fraas Black Box cuisine

Permis de bâtir

Le réel défi fut de faire passer le permis, la toiture plate n’étant pas admise sur ce terrain. Il fallut démontrer la pertinence du plan par les performances énergétiques de ce bâtiment compact dont le dessin est déterminé par son orientation.

 

Le côté à rue, au Nord, échappe au bruit de la chaussée grâce à une façade très fermée. En revanche, côté jardin, la façade est généreusement percée de grandes baies vitrées ouvertes sur le Sud.

Stekke Fraas lumière

Stekke Fraas lumière naturelle

Lumière

L’ossature bois prédécoupée a été assemblée sur place ; près de 20 cm d’isolant ont été insufflés entre les cloisons. Il en résulte une maison quatre façades basse énergie dont les espaces de vie fonctionnent en connexion avec le jardin.

 

L’atout principal de cette habitation réside dans l’abondance de la lumière naturelle. En effet, outre les baies vitrées qui dégagent complètement l’arrière de la maison, l’intérieur bénéficie de l’éclairage naturel d’une baie vitrée centrale qui coiffe l’escalier. Toutes les fonctions sont distribuées autour de cette circulation positionnée au cœur de la maison. 

 

Lexique