Achat d’un studio étudiant : un investissement rentable ?

Achat d’un studio étudiant

Écrit par Renaud Chaudoir le 29 juillet 2019

Un investissement rentable ?

Nombreuses sont les personnes à vouloir aujourd’hui investir dans l’immobilier. L’une des nombreuses options qui se présentent à elles n’est autre que l’achat d’un studio étudiant, qui semble être un investissement malin en raison de sa rentabilité. Mais est-ce bien le cas ? Faisons ensemble le point sur la situation.

Achat d’un studio étudiant : un investissement rentable ?

Petit calcul rapide…

Les coûts liés à la location d’un ou plusieurs studio(s) étudiant peuvent vite atteindre des sommets. C’est notamment le cas si vous possédez plusieurs enfants aux études et que l’un d’entre eux double une année. Faites le calcul : avec un prix de location moyen de 360 € par mois, une chambre étudiant vous coûtera en cinq ans d’études pas moins de 21 600 €. Pour un studio avec douche, toilette et petite cuisine, le prix du loyer mensuel s’élève même à 490 €, soit à 29 400 € sur une période de cinq ans. Un chiffre considérable qu’il faudra encore doubler si vous êtes papa ou maman de deux enfants…

Dans pareille situation, la solution idéale est donc d’acheter votre propre studio étudiant. Vos enfants pourront ainsi loger « gratuitement » durant leurs études et une fois leur diplôme en poche, libre à vous de louer le studio à d’autres étudiants. À terme, vous obtiendrez donc un rendement particulièrement attractif.

Acheter un ou plusieurs studio(s) étudiant ?

Si vous disposez des moyens financiers suffisants, sachez qu’il est tout à fait envisageable d’acheter un bien composé de plusieurs studios étudiant. Le bémol ? Devenir propriétaire d’un tel bien entraîne son lot de corvées, puisque les studios et les communs devront être entretenus et qu’un suivi administratif des contrats devra être prévu. Vous manquez de temps ou d’argent pour investir dans ce type de bien ? Acheter un studio individuel s’avère alors être une excellente option B. De nombreux promoteurs immobiliers proposent aujourd’hui de nouveaux studios étudiant à des prix compris entre 90 000 € et 135 000 € pour une surface allant de 17 à 25 mètres carrés.

Quelques points d’attention

Vous comptez investir dans un studio étudiant ? L’idée est judicieuse, comme nous l’avons évoqué plus haut, mais ne vous empressez pas pour autant de compter les centimes que cela vous rapportera. En tant que propriétaire, vous ferez en effet face à certains imprévus et à certaines dépenses qui feront baisser le rendement obtenu.

Pour commencer, il vous faut tenir compte du fait que les étudiants représentent une cible relativement réduite et qu’un nombre croissant d’universités et hautes écoles proposent leurs propres studios destinés aux étudiants. Il arrive donc régulièrement que des studios ne trouvent pas preneur. Si aucun locataire potentiel ne s’est manifesté avant le mois de septembre, la probabilité est grande que votre studio restera vide pour le reste de l’année scolaire. Afin d’éviter ce risque, l’essentiel est de proposer un studio propre et agréable à vivre. Son emplacement est lui aussi crucial. Les studios situés à quelques pas d’une haute école ou d’une université remportent généralement un franc succès sur le marché.

Ne sous-estimez pas non plus les frais engendrés par un studio étudiant. Outre le prix d’achat de base, vous devrez notamment payer des droits d’enregistrement (de 10 % en Flandre et de 12,5 % à Bruxelles et en Wallonie) ainsi que de frais de notaire. De plus, si votre studio se situe dans un complexe étudiant, vous devrez aussi contribuer financièrement à l’entretien des communs.

Dernier point, mais non des moindres : sachez que les autorités fiscales prélèveront aussi un impôt sur une partie des revenus locatifs que vous gagnez. Si vous louez un studio non meublé, vous serez imposé selon votre revenu cadastral, soit la valeur locative de votre studio diminuée des charges fixées forfaitairement à 40 %. Le montant obtenu sera ensuite indexé conformément à l’index défini pour l’année fiscale en question. Notons toutefois que vous pouvez déduire de ces revenus imposables les intérêts que vous payez afin de rembourser le prêt contracté lors de l’achat de votre studio.

Vous louez un studio meublé ? Les impôts que vous payerez seront alors encore plus élevés. Les autorités fiscales considéreront en effet 40 % de vos revenus locatifs comme des revenus mobiliers, bien que vous puissiez déduire 50 % de ce montant à titre de frais forfaitaires. L’impôt prélevé sur ce montant final sera de 15 %, sans compter les éventuelles taxes communales qui pourraient s’appliquer.

Un dernier point intéressant

Gardez enfin à l’esprit qu’un studio étudiant est en général plus exposé à l’usure et aux dégradations qu’un studio « classique ». Si vous comptez revendre votre studio après plusieurs années, les travaux ne se limiteront donc probablement pas à passer un coup de pinceau. Rien ne vous garantit donc que vous vendrez votre studio à profit. La demande pour ce type de logement lors de la mise en vente aura aussi une grande influence en la matière.

Lexique